La plupart des 77 salariés restants du site de production Eolane de Montceau-les-Mines sur les 230 d’origine, se retrouvent ce jeudi matin 24 septembre devant le tribunal de commerce de Chalon pour le devenir de leur entreprise.

Tract distribué par les salariés aux marches du Palais de justice de Chalon : 

Eolane est un groupe international de 3000 personnes, spécialiste de la sous-traitance électronique, leader en France, aussi propriétaire de sites en Chine, au Maroc, en Allemagne, en Estonie avec son site ultramoderne.

Après avoir travaillé de notre mieux durant des années, après avoir mis toute notre énergie pour produire et livrer du matériel de qualité, le groupe Eolane nous dit cyniquement que nous sommes devenus de trop. Après avoir été leurs colibris dévoués…

Ils vous diront que nous ne sommes pas rentables, que nous avons fait des pertes cumulées toutes ces dernières années. Ils vous diront qu’ils ont fait tout leur possible pour nous soutenir, nous accompagner, tenter de trouver des solutions… N’en croyez rien !

Un groupe, c’est comme une grande famille. Il y a les photos souriantes, il y a la réalité du quotidien et ses injustices. Comment est-ce possible que sous la même direction générale il puisse y avoir des sites florissants et d’autres en déclin ?

Ils vous diront qu’il y a des terres arides et d’autres pas. Et nous qu’il faut une équitable répartition des graines et de l’eau. Mais ce sont eux qui décident et ce sont eux qui organisent et provoquent les situations, confortables ou non dans chacun des sites.

Ils se sont mis à piller méthodiquement notre site depuis un an. Tout y est passé, nos clients, nos produits, nos machines. Nous voilà dans une coquille vide ! Et eux de dire que nous n’avons pas su endiguer notre déclin. Insupportable.

Maintenant, il faut licencier tout le monde et fermer notre beau site de production. C’est un terrible arrache-cœur qui nous accable. Pour eux, c’est une question d’argent, de coût.

L’idée a germé en eux qu’il devait être possible de réduire cette facture. Ils ont trouvé la solution et tentent l’expérimentation ici, aujourd’hui au tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône. Faire le coup du dépôt de bilan pas moins. Et reporter la facture sur la collectivité.

Reste à prouver la cessation de paiement, dire la caisse vide et les factures insurmontables. En apparence vrai localement, mais totalement artificiel vus la stratégie de la coquille vide et les liens intersites cisaillés à la hâte. Faux au niveau du groupe qui vise une meilleure rentabilité financière et des jours heureux.

Dire réduire la voilure, mais jeter du lest en passant par-dessus bord l’équipage incognito. Sauf que l’on n’est pas en pleine mer, mais devant ce tribunal qui doit veiller à la régularité de la manœuvre.

Alors, opération régulière ou escroquerie de flibustiers ?

Marie Claude Jarrot, Maire de Montceau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.