L’autre Yves Jamait en dédicace chalonnaise

C’est le vendredi 28 octobre qu’Yves Jamait, fidèle à Chalon, la voisine de sa ville natale, la fétiche Dijon, dédicace son 8e album « L’autre ». Comme toujours beaucoup de monde, beaucoup de fans, de femmes (avec parfois des cadeaux liquides). Yves passe du temps avec chacune, chacun. Et tout se termine, avec le sourire, des regards tendres, par des Selfies, opérations dont Yves est devenu un spécialiste. Dans cette vidéo, une interview exclusive de Yves Jamait sur son nouvel album et la chanson « Elle est » chantée avec Jean-Marc Poignot, qui en est l’auteur. ——————————————– Source Wikipédia Yves Jamait apprend tout d’abord la cuisine à Dijon (Côte-d’Or) au lycée Le Castel en 19751. En 1977, il découvre la guitare et enchaîne les petit boulots : il devient notamment cuisinier mais aussi manœuvre dans le BTP, animalier en laboratoire pharmaceutique, infographiste… Il est cuisinier dans une colonie de vacances quand un ami musicien lui fait découvrir la musique et il se découvre un amour des mots. À la suite d’un licenciement en 1998, à 37 ans il utilise sa prime de départ pour former son premier groupe baptisé «De verre en vers». Il fait appel à un ami de l’usine dans laquelle il était tourneur-fraiseur, le bassiste Marc Descloitres. Le duo sera complété par Laurent Delort (guitare) puis peu après par Hervé Faisandaz (batterie) et Christophe Marozzi (accordéon). En 2003, le groupe sort son premier album « De verre en vers » et change de nom pour s’appeler désormais Jamait. Il a donc déjà plus de 40 ans lors de la sortie de ce premier album. Son talent de chanteur et de compositeur est repéré par Jean-Louis Foulquier, animateur l’émission Pollen sur France Inter. Il le présente à l’animateur de télévision Patrick Sébastien qui lui assure quelques passages télé et devient son producteur. Le premier album du trio est réédité en 2005. Son deuxième album « Le Coquelicot » sort sur le label Wagram et reçoit un très bon accueil critique et public. En mars 2006, Yves Jamait fait à Dijon son premier Zénith, s’en suivra un autre quelques mois plus tard, un Casino de Paris et son premier Olympia le 2 juin. Sur scène, le groupe est complété par Yvon Cherry (basse) et Marc Benabou (batterie). Jamait reprend sur cet album un titre de Charles Aznavour, La salle et la terrasse. L’album est globalement d’une tonalité assez sombre. Il rend sur Vierzon un hommage à son père qu’il n’a pas connu : ses parents se sont séparés alors qu’Yves n’avait que neuf mois : Qui aurait dit au reste, qu’une moitié d’orphelin Que je fus sans conteste, un jour poserait la main Sur le corps de celui qui fut tant de mystère Que jamais je n’ai dit le sobriquet de père De ma vie, de ta vie. De ma vie, de ta vie Jamait propose une poésie en musique à l’instar de ceux qui l’inspirent ou avec qui il partage la scène: Maxime Le Forestier, Charles Aznavour, Allain Leprest, Anne Sylvestre, Aldebert, Agnès Bihl, Sarcloret et beaucoup d’autres. Guitare, accordéon et textes à fleur de peau. La solitude (« Célibataire »), la culture ouvrière (« Y en a qui… »), les soirs de cuite (« Et je bois »), l’amour et la séparation (« L’adieu merdeux », « Le carroussel »), la mélancolie (« Le temps emporte tout », « Passe ») sont en effet des thèmes récurrents de cet artiste. Ses textes sont ancrés dans la réalité sociale et il revendique son étiquette Front populaire tout en réfutant celle de chanteur à texte : « je ne suis pas un chanteur engagé, je n’aime pas ce terme et je fais très attention à ne pas tomber dans la caricature du chanteur ouvrier et à me faire récupérer». Yves Jamait enchaine des salles comme l’Olympia, la Cigale, Le Casino de Paris et des tournées qui l’ont emmené sur la grande scène des Francofolies de La Rochelle, aux Nuits de Champagne, au Paléo Festival Nyon ou comme invité d’honneur du festival Alors…chante ! de Montauban. Il participe également en 2010 aux Francofolies de Montréal. Son compagnon de route artistique, Didier Grebot, après s’être occupé de la mise en scène et de la réalisation du deuxième album remplace Géraldine Bruyère en tant que manageur pour le troisième album « Je passais par hasard » fin 2008. Ce dernier, comme les deux précédents, est certifié disque d’or. Il crée également au cours de sa tournée les Bars à Jamait, spectacle marathon où il convie ses amis chanteurs « qu’on ne voit jamais à la télé » à venir se produire avec lui dans une ambiance de franche camaraderie. Cette série de concerts donne lieu à l’enregistrement du premier album public, Yves Jamait en concert en 2009. Adopté par sa région d’origine comme un emblème, il aime rappeler son amour pour sa ville natale, notamment dans la chanson Dijon qu’il a enregistrée et portée jusqu’à New York au cours d’un concert exceptionnel en 2009. Il participe aussi régulièrement à des initiatives locales pour des associations et pour la ville et a même fêté ses dix ans de carrière en Bourgogne, en novembre 2011, en proposant vingt concerts réunissant plus de dix mille personnes dans dix lieux différents de la médiathèque municipale au Zénith de Dijon, le 2 décembre, accompagné par un orchestre symphonique de quarante-sept musiciens issus du conservatoire de la ville. En 2010, sort l’album L’incroyable Histoire de Gaston et Lucie, collectif dont il fait partie, tout comme Gérald Genty, Pierre Santini, Carmen Maria Vega, Monsieur Lune, Oldelaf et Monsieur D, Ben Ricour et Cécile Hercule. Le 11 octobre 2011 sort le quatrième album studio, « Saison 4 » qui marque en plus de ses cinquante ans, ses dix ans de carrière et de scène. Ce nouvel album de 13 titres est produit par sa propre structure Par Hasard Productions. Remarqué notamment par une réalisation beaucoup plus rock (mais toujours signée Didier Grebot), il inclut un duo avec Zaz, La radio qui chante, et débouche sur une tournée sur la saison 2012/2013 qui passe notamment par le Grand Rex le 3 avril 2012. Lors de ce concert, il apprend peu avant de monter sur scène la présence dans la salle de Charles Aznavour qui déclare « A tous ceux qui disent qu’il n’y a plus de vrais auteurs dans la chanson d’aujourd’hui je réponds, Jamait! ». Amor Fati sort le 25 novembre 2013. Le nom de l’album fait référence à Nietzsche mais avec une pochette parodique (pose en marcel, un crâne à la main). Cette fois, c’est le crane qui porte la casquette. Amor Fati comme les 2 albums précédents sera certifié disque d’or malgré une faible présence médiatique. Jamait signe la totalité des paroles et musiques. En 2015, pour produire Je me souviens, Jamait s’entoure de Emmanuel Eveno et Daniel Bravo, deux membres du groupe Tryo. L’album comprend notamment le titre J’ai appris, hommage à Jean Louis Foulquier. Cet album est tourné vers le temps qui passe, thème récurrent dans les textes de Jamait. Il chante un titre avec Sanseverino dédié à leur instrument de prédilection : Accordéon Le septième album, Mon Totem, est sorti le 12 octobre 201824 dans lequel Jamait signe une nouvelle fois paroles et musiques à l’exception de Dans vos yeux (poème de Gaston Coute) et Je ne vous dirai pas (texte de Bernard Joyet), La sortie de l’album est suivie par une tournée passant par l’Olympia. La photo de la pochette est réalisée par Stéphane Lavoué. Discographie Albums studio 2002 : De verre en vers… (Faisage Music / Wagram Music) 2006 : Le Coquelicot (Faisage Music / Wagram Music) 2008 : Je passais par hasard (Faisage Music / Wagram Music) 2011 : Saison 4 (Par Hasard Productions / Wagram Music) 2013 : Amor Fati (Par Hasard Productions / Wagram Music) 2015 : Je me souviens… (Par Hasard Productions / Wagram Music) 2018 : Mon totem (W Lab / Wagram Music) 2022 : L’autre (W Lab / Wagram Music) Les 13 titres de l’album L’Autre sorti le 7 octobre 2022) 1.L’Autre 2.Les amours clandestines 3.Voir ailleurs 4.Mon garçon 5.A marée basse 6.Sur ta bouche 7.De passage 8.Pas le temps 9.Un peu bancal 10.Quelqu’un quelque part 11.Elle est 12.Une vie 13.Chacun chez soi Compilations & Live 2009 : En concert (Faisage Music / Wagram Music) 2017 : Je me souviens … Le Concert (Par Hasard Productions / Wagram Music) 2019 : Au tour de mon totem (W Lab / Wagram Music) 2021 : Parenthèse 2 (W Lab / Wagram Music)

La bêche de St-Jean

Le quartier de St Jean-des-Vignes de Chalon/S (71) a toujours été un quartier de culture : des vignes, puis des potagers. Les maraîchers, comme ceux de St Marcel…ont nourri les Chalonnais, un circuit court, on ne peut mieux. Le développement de la ville a nécessité l’acquisition des terrains pour bâtir des maisons, des lotissements, une clinique privée… La terre cultivée a peu à peu disparu, et cela risque de continuer…Il reste pourtant quelques valeureux qui défendent le maraîchage. C’est le cas de Marie-Claude Revillot, exilé de sa campagne pour les Aubépins, a obtenu, il y a peu de temps, un jardin familial, en l’occurrence 110 m2. Elle raconte son jardin. Ces jardins familiaux sont propriété de la ville. On en compte 600 sur Chalon, beaucoup à Saint-Jean, d’autres aux Prés St-Jean… Ils sont loués pour une modeste somme, sur dossier. Il y règne une ambiance campagnarde et familiale, un sens de l’entraide. Un espace de verdure et d’écologie. Le Quartier de St-Jean (sources Grand Chalon – 360 degrés – Article de 2014 – Espace du Patrimoine et Archives) Devenu un quartier de Chalon-sur-Saône au milieu des années 50, Saint Jean des Vignes conserve de nombreuses traces de son passé de commune rurale. Important site à l’époque gallo romaine et au Moyen Age, le secteur fut bouleversé par la construction, au XVIe siècle, des nouvelles fortifications qui enserrent alors Chalon et modifient les tracés anciens d’entrée dans la ville. Hébergeant un fameux couvent de capucins aux XVIIe et XVIIIe siècles, la commune poursuit cependant son activité aux côtés de Chalon sur Saône, qui, ayant besoin de s’étendre, demande l’annexion de sa voisine après la seconde guerre mondiale. Commence alors une nouvelle ère pour toute cette zone, comprenant l’arrivée du canal du centre, la construction des immeubles des Prés Saint Jean et du plateau Saint Jean, jusqu’à, il y a peu, l’établissement d’un nouvel Etablissement pour personnes âgées dépendantes chemin de la coudre…

On a retrouvé Tom Pouce – Comédie musicale

C’est sous les applaudissements des 120 spectateurs (parents, enfants, habitants) que s’est déroulée la comédie musicale intergénérationnelle « Mais où est passé Tom Pouce ? » les 8 et 9 octobre en salle des fêtes de Champforgeuil. C’est un projet mené par le CCAS de la commune. Aux commande Marielle Pageaut (Directrice du CCAS), à la mise en scène Claudie Parolini des Totors, à la chorégraphie Céline Dabrowski et Liliane Calloud comme chef de Chœur. Il a fallu beaucoup de répétitions, de passion à nos 10 enfants et 10 adultes pour réussir ce joli spectacle, basé sur les contes de notre enfance (le petit poceut, Cendrillon, les 3 petits cochons, Inspecteur Gadget, l’incontournable Grand méchant loup, le chaperon rouge et mère Grand…), revisités bien-sûr. Le pari de faire jouer ensemble des jeunes et des seniors est réussi. Les générations ont eu un plaisir évident de partager la scène. Ce vendredi 10 novembre, en mairie, projection à nos artistes âgés de 7 à 9 ans de leurs exploits musicaux, scéniques et chorégraphiques. Il était tous là, une cinquantaine de personnes en présence dr Mme la Maire de Champforgeuil. Pendant la projection vidéo de leurs exploits scéniques, filmés par CTV, le public, les artistes chantent, applaudissent. On retrouve l’esprit festif des représentations et des répétitions. Tout au long de ces nombreuses répétitions et des 2 représentations, à Champfo, on n’a pas attendu d’être heureux. Après le pot des artistes, Chacun repart avec une clef usb de leurs captures vidéos, réalisées par CTV, de leurs répétitions, de la générale et de la comédie musicale « Où est passé Tom Pouce ? » Comédie musicale que vous pourrez voir en intégralité ici ou sur notre site sous peu.

Talents sur Saône, soirée d’artistes en tout genre au Piccolo

Ce samedi 1 octobre 2022, le théâtre Piccolo situé Rue au Fèvres à Chalon sur Saône, a ouvert ses portes pour accueillir le show de Pierre Paillard : Talents sur Saône. Show retransmis en direct à l’hôpital de Chalon-sur-Saône grâce aux techniques de Constance Production. Les objectifs de ce spectacle sont : 1️⃣ Faire sortir les gens de leur canapé (Netflix est gentiment pointé du doigt). 2️⃣ Applaudir des artistes locaux connus ou inconnus de la scène chalonnaise. 3️⃣ Soutenir les enfants hospitalisés de l’hôpital William Morey. Les ventes des billets sont reversées à l’association »Écoute et Soutien » fortement impliqué auprès du service pédiatrique de Chalon sur Saône. Le spectacle a duré environ 2h. Les artistes se sont succédés dans la joie, avec pour chef d’orchestre de la soirée, Pierre Paillard, qui a su séduire l’audience du Piccolo dès son arrivée fort marquante. Le public a découvert différents artistes aux talents variés. Pour commencer la soirée, Lucas Gandroz-Fernandez a écrit un monologue sur « Le Talent » en évoquant les personnalités qui ont marqué l’histoire de Chalon. Une violoncelliste du concervatoire du Grand Chalon, Jade Lapchin, a envoûté le public. Ensuite les danseurs de l’école de danse Colmar (Emelyne Colmar et Moussa Camara) ont enflammé la scène avec valse, Chachacha… notamment sur l’air entraînant « Don’t stop me now » de Queen. Imitations et musiques ont ponctué la soirée grâce à Sophia Becker et son piano, en reprenant Véronique Sanson. Ainsi que Camille Carminot qui a imité en chanson Piaf, Barbara, Céline Dion. Camille est imitatrice et chanteuse lyrique, elle a chanté en solo « Voice Sapete » de Mozart. « Selules » du concervatoire ont interprété leur création « l’antre du kraken ». 3 comédiens (Pascal Fonta, Anne-Marie Michelin et Aurore Lafay) ont chanté et joué une opérette « Ciboulette ». Une interprétation improvisée en danse hip hop par la compagnie Espace de rue. Les mots tirés au sort étaient Espoir, Surprise et Rêve. Tous ces talents réunis en une soirée ont mis le feu aux planches. Le spectacle se clot avec un rappel non prévu des Beatles. Cette première édition est un défi relevé avec brio et talents.

Un coup de ciseaux en Soutien aux Femmes iraniennes vendredi 7 avec CTV…

Un coup de ciseaux en Soutien aux Femmes iraniennes vendredi 7 avec CTV… Comme de nombreuses femmes iraniennes, comme cinquante artistes françaises, comme de nombreuses femmes partout dans le monde démocratique… Chalonnaise venez aussi apporter votre soutien à vos sœurs iraniennes, venez couper une mèche de vos cheveux devant notre caméra au 30 rue de Foudras, vendredi 7 de 13h à 14h et de 16h à 19h

CP Chalon l’insoumise : Ciné Médias débat 7 octobre

Film Média Crash « Il y a ce que vous voyez, ce que certains souhaitent que vous voyiez, et ce que vous ne voyez pas. Jamais la France n’a connu une telle concentration des médias privés. Quelques industriels milliardaires, propriétaires de télévisions, radios, journaux utilisent leurs médias pour défendre leurs intérêts privés. Au détriment de l’information d’intérêt public. En cachant ce qui est essentiel, en grossissant ce qui est accessoire, ces médias façonnent, orientent, hystérisent pour certains le débat. Avec la complicité de certains responsables politiques, qui s’en accommodent volontiers. Mediapart et Premières Lignes vous racontent les coulisses des grands médias. » Vendredi 7 Octobre à 20h Cinéma Mégarama Rue René Cassin 71100 Chalon sur Saône Tarif unique de 8€ A l’issue de cette séance, différents intervenants ont accepté de participer à un moment d’échanges avec les personnes présentes dans la salle. – Luc Hermann, coproducteur de l’enquête et producteur de Premières lignes (Cash – Investigation). – Richard Beninger, Membre du parlement de la NUPES et ancien directeur d’entreprises de presse. – Dominique Gaye, journaliste pour Chalon TV Cette démarche de Chalon l’Insoumise a pour objectif de nous faire réfléchir collectivement au traitement de l’information et à la place prise par les médias d’opinion dans notre société.

Bourgogne : cuvée 2022 abondante et de qualité

Dans sa conférence de presse du 21 septembre, François Labet, président du BIVB (Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne) le promet, même si les vendanges ne sont pas encore finies vers Nuits St Georges. « Le millésime 2022 sera « abondant et de grande qualité. Il ajoute « qu’il sera Comparable à celui de 1959, qui était l’un des plus grands millésimes du 20ème siècle » Pour lui, « La saison s’est passée de façon absolument idéale ». Quant à la sécheresse, la vigne a peu souffert du manque d’eau, vu les sols très filtrants où elle est plantée. En 2021, le gel précoce avait fait de gros ravages, ce qui a donné une production bien en dessous de la moyenne. Le millésime fut donc petit en volume et cher en prix. Les viticulteurs ont été obligés de déstocker fortement pour faire face à la demande. Cette année, la météo fut plus clémente. Le gel de 2021 a même boosté la vigne. La situation économique actuelle rend le BIVB prudent pour la suite. Dans la grande distribution, comparé à 2021, les ventes de vins de Bourgogne baissent d’un quart en volume et de 16% en chiffre d’affaires. Pour l’export même tendance, les ventes ont baissé de 11% en volume (conséquence du gel 2021), mais ont augmenté de 12% en valeur, donc moins de vin exporté mais plus cher. Les principaux marchés d’export restent les mêmes. Dans l’ordre viennent, les Etats-Unis, le Royaume-Uni (qui reste en deuxième position malgré le Brexit), le Canada, le Japon, la Belgique (qui accuse tout de même une baisse d’un tiers de ses commandes en volume) et la Suède. Par contre dans les restaurants, effet post Covid avec un besoin de convivialité accru, la consommation de Bourgogne augmente avec une hausse de 55% des ventes en volume et 35% en valeur. Depuis 20 ans, la Bourgogne produit environ 1 million 450 000 hectolitres de vin chaque année. Les millésimes 2000-2010 ont, chaque année, été proches de cette moyenne. Mais sur les 10 dernières années, on obtient des écarts de plus en plus importants : 2018 a été très généreuse, 2021 extrêmement faible, 2022 s’annonce à nouveau dans le haut de la fourchette.

Harmonie poétique et musicale improvisée

Exclusif : Ce dimanche 25 septembre, Krystel Cotelle, psychothérapeute, auteure de poésies et du livre « EN PLEIN VOL, Dialogues et confidences » et Frédéric Prébolin, pianiste compositeur, unissent leurs talents pour un concert privé (17 personnes) dans la résidence chalonnaise de l’écrivaine. Frédéric improvise sur des poèmes courts dits par Krystel, créant une ambiance feutrée, douce, profonde et apaisante. Ensuite Frédéric improvise sur des mots, comme nuance- lumière, donnés par le public conquis. Le tout se termine par le verre de la poésie musicale. Bientôt sur notre site chalontv.info, une interview de Krystel Cotelle sur son parcours artistique et humain et de Frédéric Prebolin

CP Intersyndicale : Grève du 29 septembre

Journée de grève interprofessionnelle le 29 septembre 2022 sur les salaires, pensions et allocations à l’appel de l’intersyndicale CGT, FSU, Solidaires Les mesures gouvernementales annoncées sur le pouvoir d’achat sont en dessous de la situation de paupérisation de la population. La loi votée cet été se contente de poser quelques rustines et, à travers les exonérations de cotisations, ampute le salaire socialisé, fragilisant la protection sociale. Dans la fonction publique, la revalorisation de 3,5% de la valeur du point d’indice est en deçà de l’urgence à relever l’ensemble des rémunérations de 10% au moins tout de suite pour préserver les conditions de vie de tou-tes. De même pour les retraité-es, les 4% de revalorisation des pensions ne correspondent pas à l’inflation, la situation des retraité-es continue donc de se dégrader. La crise énergétique pèse déjà fortement sur la population, particulièrement les plus précaires, tandis qu’aucune mesure réelle n’est prise pour une transition écologique juste. Le gouvernement se contente d’incitations à des économies d’énergies culpabilisantes, tandis que d’autres pays européens s’engagent dans la taxation des superprofits des entreprises du secteur énergétique et que d’autres mettent en place des passes ferroviaires gratuits ! Le gouvernement poursuit aussi une politique fiscale qui assèche les comptes de l’Etat au profit des grandes entreprises et au détriment des services publics (santé, éducation…) et du financement de la transformation écologique. Par ailleurs, il prévoit une réforme de l’assurance chômage qui va à l’encontre du droit des travailleur-euses de la possibilité d’avoir des indemnisations du chômage justes, une réforme du RSA qui le conditionnerait à une obligation de travailler de 15 à 20h hebdomadaires, et continue d’envisager une réforme des retraites qui exigerait de travailler davantage et pourrait conduire à amputer encore davantage le montant des pensions. En ce qui concerne les jeunes et leurs familles, les aides (bourses, ARS) ne sont pas suffisantes pour compenser l’inflation. Une revalorisation significative des bourses scolaires et de l’ARS est nécessaire pour pallier le prix de la rentrée (qui avec l’inflation a grimpé de 5 à 10 %). De plus, trop peu de familles bénéficient de cette aide en raison du plafond de ressources à ne pas dépasser. C’est pourquoi la CGT, la FSU, l’Union syndicale Solidaires, appellent à une journée de grève interprofessionnelle le jeudi 29 septembre qui doit s’inscrire dans une mobilisation large et dans la durée. Le rassemblement Chalonnais est fixé à la maison des syndicats – 2 rue du Parc – à Chalon à 10 h 00. Un parcours de manifestation a été déposé. Les Chalonnais-es pourront rejoindre la manifestation départementale sur Montceau les Mines aussi l’après midi à 14h00. Photo ajoutée par CTV : cestlagreve.fr

CP Nupes : Contre la vie chère et l’inaction climatique, MARCHONS le 16 octobre à PARIS !

Dans la continuité des mobilisations engagées par les syndicats et associations les 22 et 29 septembre, la France insoumise, ainsi qu’une trentaine de mouvements politiques, syndicaux et associatifs, appellent à une grande marche à Paris le 16 octobre pour dire notre refus d’un système où les inégalités sociales s’aggravent, où le système libéral détruit le travail, où la pauvreté explose pendant que les multinationales et les milliardaires ne cessent de s’enrichir et où la planète est pillée, en toute irresponsabilité, par les plus riches. Avec l’inflation galopante, de nombreuses familles sont en détresse sociale, alors que Macron et son gouvernement ont refusé toute augmentation du SMC et des minima sociaux, le gel des loyers ou le blocage des prix. Pire ils prévoient de nouvelles attaques contre le régime des retraites et celui de l’assurance chômage. Il y a URGENCE sociale. Les canicules, la sécheresse et les incendies de l’été ont montré l’urgence climatique : mais le gouvernement, déjà condamné pour inaction environnementale, poursuit une politique qui met en danger l’avenir même de notre écosystème. La bifurcation écologique est une URGENCE Pendant ce temps, les entreprises du CAC 40 ont amassé des super profits indécents et continuent de s’enrichir à la faveur des crises successives sanitaire ou énergétique : 137 milliards de profits pour le CAC 40 en 2021, 18,8 milliards d’euros de bénéfices au premier semestre de cette année pour Total ! Alors que les pays voisins ont institué une taxe sur les super profits, en France, le President de la République s’entête à dire NON ! Près de 150 000 personnes ont déjà signé la pétition sur les super profits http://taxesuperprofits.fr. Le Président Macron est isolé : en interne sans majorité à l’Assemblée nationale et en Europe sans alliés : il doit CÉDER. Nous voulons une alternative à ce système, avec la fin de la loi implacable du marché, la diminution des inégalités sociales et la préservation de l’écosystème : nous appelons donc tous ceux qui veulent une société plus sociale et plus écologique à MARCHER AVEC NOUS LE 16 OCTOBRE. Des bus seront mis en place pour vous permettre de vous rendre à Paris et vous ramener le soir à moindre coût (à partir de 5€) : renseignements sur busmarche.fr Communiqué de Par Sylvie HERODY, membre du Parlement de la NUPES