Il pourrait sembler très loin du premier mai originel avec les grèves générales défendant les travailleurs de Chicago en 1886, ou des grèves de Fourmies dans le Nord le 1er mai 1891.
Pourtant, dans ce premier mai confiné il y a aura encore des travailleuses et travailleurs qui seront des victimes. Pas sous les balles d’une répression par des forces de l’ordre, mais sous les coups d’un virus qui attaque les plus faibles. Les plus exposés sont aussi les plus modestes, par une précarisation qui les rend plus vulnérables, ou par des métiers qui les exposent davantage.
Dans ce jour de fête internationale des travailleurs, la France célèbre officiellement la Fête du Travail. La différence compte car les mots ont un sens. Sans travailleuses et travailleurs, pas de Travail.
Aujourd’hui comme toute l’année nous n’oublions pas celles et ceux qui produisent notre quotidien, singulièrement dans cette période.
Certains voudraient les culpabiliser, en insistant lourdement sur la responsabilité individuelle dans la propagation du virus. Mais c’est avec la solidarité et  la protection collective, employeurs, état et salariés que nous passerons le cap.
C’est pourquoi nous soutenons avec les autres partis de gauche signataires, EELV, PCF et G.s la pétition pour l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage.
Belle journée de Fête, avec une pensée particulière pour celles et ceux qui travaillent ou qui se préparent à y retourner.

Violaine GILLET
Première secrétaire fédérale du Parti socialiste

Fédération du Parti Socialiste de Saône-et-Loire 

13 rue Philibert Léon Couturier – 71100 Chalon-sur-Saône
Tel : 09 70 90 72 03 mail : 
fede71@parti-socialiste.fr 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.