Pour Clémentine Autain, si LFI a récolté 6,31% des voix, loin des 19,58% obtenus par Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle, c’est parce que ses électeurs « ont été désarçonnés ou mécontents de la proposition politique qu’on leur a faite ». En 2017, « on avait eu un Mélenchon rassembleur » qui « avait réussi à faire le plein au sein de la gauche radicale et à capter un électorat déçu du PS » mais « ce capital politique s’est érodé », juge-t-elle. « La séquence des perquisitions », menées en octobre au siège de LFI et au domicile de Jean-Luc Mélenchon « a évidemment pesé mais ce n’est pas le seul paramètre ».

Laurent Wauquiez a proposé lundi soir la tenue à la rentrée « d’états généraux » pour conjurer le risque d’une « disparition » de son parti Les Républicains, au lendemain d’une déroute historique aux élections européennes qui l’a fortement fragilisé.

Après avoir réalisé le plus mauvais score de la droite sous la Ve République (8,48%), le patron de LR devait « absolument prendre une initiative politique », selon un de ses soutiens. Lors d’un bureau politique réuni au siège du parti, il a mis sur la table sa proposition d’organiser des « états généraux » lors desquels il entend « tout remettre à plat sur les valeurs, le projet, le fonctionnement et la stratégie d’alliance ».

Le fondateur de Génération.s, Benoît Hamon, « prend du recul », pour « (se) poser et réfléchir », a-t-il affirmé lundi à l’AFP, au lendemain de sa défaite aux européennes. « Je prends du recul. Cela fait trois ans que je suis en campagne permanente. J’aiderai au rassemblement de la gauche sans exclusive mais j’ai besoin de me poser et réfléchir », a-t-il écrit à l’AFP. Le bras droit de M. Hamon, Guillaume Balas, avait affirmé plus tôt dans la journée que M. Hamon se mettait « en retrait », et n’allait « plus parler à la presse pendant longtemps ». « Il en a besoin pour des raisons personnelles et professionnelles. Il ne va plus porter la parole du collectif pendant un bout de temps », avait ajouté le coordinateur national de Générations. La liste tirée par l’ancien candidat à la présidentielle a obtenu dimanche 3,27% des voix, en dessous du seuil de 5% qui permet de faire élire des députés à Strasbourg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.