Tous les regards seront braqués sur Grand Bourgtheroulde, commune de 3800 habitants le 15 janvier. Cette ville de l’Eure s’apprête à recevoir Emmanuel Macron pour le lancement du grand débat national. Certains habitants craignent des débordements avec les gilets jaunes.

Alors que le gouvernement a dévoilé le 14 janvier les contours de son grand débat national, le président de la République effectue son premier déplacement en province depuis le début de l’année, dans un climat de tension après les incidents qui ont émaillé les rassemblements des gilets jaunes durant l’acte IX, samedi 12 janvier. Pour cette occasion, Emmanuel Macron a décidé de mettre le cap sur l’Ouest. Le chef de l’Etat est attendu en début d’après-midi dans cette commune située à une trentaine de kilomètres de Rouen.

En compagnie des 600 maires venus pour l’occasion des cinq départements de la Normandie, il tentera d’écouter les doléances de chacun, dans une France rurale encore farouchement opposée à la limitation à 80km/h. « Il sera dans une position d’écoute » et « la parole sera laissée aux maires », chargés de « faire remonter les préoccupations de leurs concitoyens », précise-t-on à l’Élysée. Il n’est pas question pour le président de trancher sur un des sujets abordés par les maires afin d’éviter de préempter les résultats du grand débat prévu pour durer jusqu’au 15 mars, précise par ailleurs la présidence. Les échanges devraient durer au moins deux heures.

Emmanuel Macron devrait prendre la parole au début de la réunion, introduite par Vincent Martin, le maire sans étiquette de Grand Bourgtheroulde, puis animée par Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales et ancien président du Conseil départemental de l’Eure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.