Histoires de place, de centre commercial…

4
16277

L’enquête, le Débat

 

 

Le centre-ville de Chalon, comme beaucoup de Centres de ville moyenne en France, ne va pas bien (voir notre précédent reportage du 28 décembre : Coeur de ville, coeur d’agglo). Il faut donc redynamiser ce cœur et attirer des anciens clients ou des nouveaux visiteurs hors périphérie grand Chalon….


Une des solutions, même s’il n’y a pas de solutions miracles, est l’implantation d’une grande enseigne comme l’est H&M. Celle-ci devrait jouer ce rôle attractif d’une jeune clientèle qui devrait ensuite parcourir les magasins de centre-ville et éventuellement y faire d’autres achats. Ce qui pose actuellement débat, voire polémique, à Chalon, ce n’est pas vraiment la venue de cette enseigne, mais l’implantation de cette surface commerciale de 3000 m2 (que H&M partagera avec une autre marque non connue à ce jour) sur la place du Général de Gaulle, dans un secteur sauvegardé et très bien situé. Le permis de construire a été déposé en juillet 2016.

ChalonTV.info vous propose de faire le point dans cette enquête fouillée et entreprise depuis début janvier avec ceux qui sont contre et se sont mobilisés dans deux collectifs, celui des riverains et celui d’un urbanisme responsable et ceux qui sont pour et qui ont pris le temps de nous répondre, en l’occurrence le Président de l’Union commerciale 3C (Commerce Chalon Centre).

Les opposants dénoncent aussi un manque de concertation entre les Chalonnais et la municipalité, porteuse du projet. A l’initiative du collectif d’un urbanise responsable,  ce dialogue semble commencer à naître. En effet le 11 mars, une réunion publique a eu lieu. Une centaine de personnes, dont une forte délégation municipale, menée par le Maire, ont entendu les arguments de chacun… Un début de démocratie participative, en somme. L’affaire n’est bien sûr pas fini… Le Centre commercial devrait ouvrir ses portes en 2018, si tout va bien et si l’issu du recours administratif ne vient pas tout chambouler…!

Etes-vous pour, contre, faites-vous votre opinion, regarder ce reportage audio visuel avec les acteurs suivants :

  • Jean Pierre Nuzillat, ancien adjoint au commerce de l’équipe précédente de Christophe Sirugue
  • Nathalie Leblanc – Chalon Autrement – opposition municipale
  • Benard Touzet – Pierre Sandrine – Dupla Régine – collectif des Riverains
  • Jacqueline Tribillon – porte-parole du Collectif Chalonnais pour un urbanisme responsable – Architecte – Ancienne directrice urbanisme de Chalon de 1996 à 2004
  • Jaime Da Costa – président de l’Union commerciale des 3C (Chalon Centre Commerce) -Cha’lon Bar
  • Pour la municipalité : L’adjoint au Maire ou le maire ont été sollicités . Personne ne s’est exprimé – voir les raisons en bas d’article

Synthèse du reportage

Jean-Pierre Nuzillat fait le point sur l’état du commerce des Centres-villes. Leurs déclins est lié à l’implantation, parfois massive, de centres commerciaux périphériques, mais aussi à la perte de pouvoir d’achat, le commerce en ligne. Il rappelle l’inertie entre les décisions prises et leurs réalisations. Le centre-ville de Chalon est pour lui agréable, des rues ont été refaites sous la précédente municipalité. Il fait remarquer aussi que le métier de commerçant est aujourd’hui très difficile. Pour lui la venue d’une grande (ou de deux grandes enseignes, comme cela est prévu) peut bien sûr faire venir une nouvelle clientèle en Centre, mais pas sûr que les clients ayant fait leurs courses dans ces enseignes aillent ensuite ailleurs dans les petits commerces. Il prend l’exemple de l’implantation de H & M à Châteauroux en avril 2016, implantation citée en référence par la Municipalité. Le bilan n’est pas aussi flamboyant que la revue municipale le fait entendre (à noter qu’à Châteauroux, H & M s’est installé dans un bâtiment existant)

Nathalie Leblanc dénonce l’opacité dans lequel ce projet, porté par la ville et le promoteur Somabi. Le groupe d’opposition municipale a découvert le projet par la presse ou à la dernière minute en conseil municipal ou communautaire. Elle signale que la ville n’a pas tenu compte de l’avis du commissaire enquêteur qui a émis sur des points précis un avis réservé. Elle regrette aussi le manque de concertation avec les Chalonnais, les commerçants, les riverains. 1,2 million d’argent public seront investis dans ce projet immobilier privé sur un espace public pour aménager les alentours.

Le collectif des 3 riverains a commencé par un recours gracieux auprès du Maire et de la Somabi, deux mois après la publication du permis de construire, fin juillet 2016. Ce recours gracieux ayant été rejeté par la municipalité sans aucun justificatif, le collectif a alors déposé un recours en annulation auprès du tribunal administratif de Dijon. Bien sûr la première raison bien naturelle de leur opposition est que ce projet va être construit devant leurs fenêtres, à 16 mètres. Ils auront alors, au lieu d’avoir une place, une perspective, un mur d’acier et de verre de plus de 12 mètres de haut. Outre cela, l’implantation va défigurer le paysage urbain dans un secteur historique, les arbres vont être coupés. La place va perdre son marché du vendredi. Ils craignent aussi la nuisance sonore de la climatisation qui va fonctionner 24 h sur 24 h. Ils ne comprennent pas que la ville apporte de l’argent sur un projet privé. Ils craignent aussi que si H & M ferment ses portes, ce bâtiment de 3000 m2 devienne une friche commerciale. Rappelons que la ville a cédé le terrain pour 70 ans. A cause de ce recours administratif qui n’est pas suspensif, le projet est reculé en attente de réponse du tribunal , semble-t-il en octobre 2017.

Une quinzaine d’autres Chalonnais ont créé au mois d’août le collectif chalonnais pour un urbanisme responsable. Ce collectif a pour vocation de donner la parole aux gens sur tous les projets qui concernent l’urbanisme de la ville.

Actuellement plus de 2200 personnes ont signé la pétition lancée début janvier. Elle est remise au Maire de Chalon, le 10 mars.

D’après le permis de construire, faute de mieux, le collectif s’oppose à cette implantation pour 4 raisons principales :

  • Le manque de concertation.
  • La pertinence économique de ce projet commercial. En effet, l’offre marchande du centre ainsi construit, pour des raisons de zone inondable, est au premier étage, ce qui n’est pas favorable à l’attrait commercial. Il y a un autre exemple de centre commercial en ville, celui des Galeries Lafayette… mais là on rendre directement dans l’enseigne par le rez-de-chaussée.
  • Le projet architectural est dépassé et non intégré dans son contexte. Il va amener un effet de masse très dur pour les riverains et empêcher la fluidité entre le Boulevard de la République et les rues piétonnes. Il faudrait aussi renforcer le rôle piéton de cette place. C’est un projet des années 80.
  • On a confisqué un espace public pour un projet privé.

Une réunion publique organisé par le collectif a lieu le 11 mars salle de la citadelle.  Devant une centaine de personnes dont une forte délégation municipale emmenée par le Maire, le collectif a fait l’historique de sa création et de son opposition, non pas à l’implantation d’ H&M à Chalon, mais de l’implantation d’une surface de 3000 m2 sur la Place Général de Gaulle, opposition notifiée par pétition par 2200 Chalonnais ou Grands Chalonnais. Un dialogue a commencé entre ceux qui sont contre et ceux qui sont pour, notamment le Maire, porteur du projet. C’est ce que souhait le collectif…le dialogue, associer les Chalonnais aux grandes décisions qui les concernent. Bien sûr, pas d’évolution dans les positions, mais un début de démocratie participative…A suivre (C’est réunion apparaît peu dans le reportage, celui-ci étant quasiment bouclé ce samedi – NDLR)