Les 27 ont donné leur feu vert jeudi à un accord sur le Brexit négocié dans les dernières minutes précédant un sommet européen, mais le Premier ministre britannique Boris Johnson va devoir batailler pour le faire accepter par son parlement. »Il semble que nous soyons très près de la dernière ligne droite », a commenté le président du Conseil européen Donald Tusk. C’est lui qui a annoncé le feu vert des 27, quelques heures seulement après l’annonce de l’accord trouvé dans les derniers instants avant l’ouverture du sommet européen.

Les chefs d’État et de gouvernement attendent maintenant que le Parlement européen ratifie le document et « s’assure d’une entrée en vigueur le 1er novembre ». Malgré la satisfaction d’avoir arraché un accord dans la dernière ligne droite, personne ne s’est laissé aller à l’euphorie, bien conscient d’un obstacle de taille sur le chemin d’un Brexit ordonné: le vote du Parlement britannique.

Aux côtés du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, Boris Johnson a exhorté les députés britanniques à soutenir l’accord pour « faire aboutir le Brexit sans délai », à la date prévue du 31 octobre. « Je suis confiant que lorsque les députés de tous les partis regarderont cet accord, ils verront l’intérêt de le soutenir », a-t-il assuré, se disant « très confiant ».

Mais l’annonce aussitôt faite, les modifications à l’accord de retrait à peine publiées, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié-clé du Parti conservateur de Boris Johnson, a jeté un froid en affirmant son opposition à l’accord trouvé. Le DUP, qui compte 10 députés à la Chambre des Communes, a dit ne pas être « en mesure de soutenir ces propositions au Parlement », sur les questions de règlement douanier et du consentement de l’exécutif nord-irlandais au projet de Brexit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.