Pour la troisième édition de La Nationale 6 revisitée, ce samedi 8 juin 2019, 200 voitures anciennes sont parties de lancienne station service de la Rochepot Bel Air jusqu’à Chalon, fin du trajet. Ce sont des voitures d’avant 197O. La plus ancienne date de 1912.

Elles ont emprunté l’avenue de Paris, l’ancienne nationale 6 jusqu’à Chalon sur Saône. Stationnées sur la place du Général de Gaulle, certaines ont remonté la rue piétonne devant un public très admiratif devant ces voitures rutilantes surgissant d’une lointaine époque. Toutes ces merveilles d’une époque révolue se sont, en final, fait admirer place de l’Hôtel de ville par un public curieux et charmé.

La RN6 était la voie d’excellence des vacanciers pour se rendre de Paris vers le Sud, voie très souvent bouchonnée au fur et à mesure de l’augmentation du nombre des voitures. La « Nationale 6 » était, jusqu’en 2006, une des plus grandes routes nationales françaises, reliant Paris à l’Italie (à la descente du col du Mont-Cenis) via Lyon et la Savoie. Son appellation originale – héritée des routes impériales – est « de Paris à Milan par Turin ». Elle est aujourd’hui en grande partie classée en route départementale. Elle entrait dans Chalon par Champforgeuil, l’avenue de Paris, la rue de la citadelle… pour rejoindre les quais et St Rémy, Tournus, Mâcon…
Elle a perdue sa fréquentation par l’ouverture, en 1970, de l’autoroute A6, l’autoroute du soleil, qui permettait à ce flux infernal de voiture de contourner la ville, pour le bien-être des habitants de la ville et du Centre. Ceux qui veulent continuer à prendre cette voie mythique, passent maintenant, à Chalon, par l’avenue Niépce et rejoignent les quais, St Rémy, Lux, Sennecey, Tounus, Mâcon, Lyon…

Photos : Dominique Gaye et Marie

Rue Général Leclerc

Le + de Chalon TV

À l’origine, la route nationale 6 commençait à Sens, où elle se détachait de la route nationale 5 Paris – Dijon – Genève. Lors d’une renumérotation des routes françaises à la fin des années 1970, la RN5 fut déclassée entre Sens et Dijon. Par cohérence, il fut décidé de numéroter RN6 la route nationale entre Paris et Sens. La « Nationale 6 » partait désormais de Paris, comme sa sœur la « Nationale 7 ».

Avant l’inauguration de l’autoroute A6 jusqu’aux abords de Corbeil-Essonnes en avril 19601, les routes nationales 6 et 7 se partageaient le trafic routier entre Paris et Lyon. La RN6 était privilégiée, malgré la traversée du Morvan, car la Nationale 7 était d’un profil plus difficile notamment entre Roanne et Lyon.

Le trafic avait nécessité de nombreux aménagements entre Paris et Lyon. Ainsi en 1963, de Paris à Joigny (160 km), l’intégralité de cet axe (hors ville) était au minimum à 3 voies (sauf le pont de Lieusaint et la rocade de Moret), et de très nombreuses rocades avait été aménagées. Une déviation avait été ouverte entre La Rochepot et Chagny afin d’assurer le passage du Morvan à la plaine de la Saône.

Depuis 2006, la RN6 est déclassée dans le département de la Côte-d’Or et en Saône-et-Loire en D906

dav

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.