Ce jeudi 29 avril en début d’après-midi, des personnels de santé du S.S.R* Marguerite Boucicaut (appelé souvent Mardor Chalon) géré par la Croix Rouge ont tenu à se rassembler devant l’établissement (se trouvant face au centre hospitalier William Morey) afin d’exprimer des doléances.

« LA PRIORITÉ DOIT ÊTRE LE PATIENT » 

« La situation déjà difficile avec la crise sanitaire ne s’est pas améliorée ces derniers temps », a relevé une infirmière. L’absence de concertation à propos des plannings, les conditions de travail ont été mises en avant par les aides-soignantes, infirmières et personnels arborant un brassard en grève. Le manque de personnel a été également pointé tout comme la suppression de jours fériés.

« DES FORMES DE VIOLENCES INSTITUTIONNELLES »

Ce mouvement social s’est prolongé jusqu’à la fin du C.S.E, au cours duquel les personnels ont interpellé la direction sur ces situations qualifiées de « violences institutionnelles ». « Notre priorité c’est avant tout le patient » ont mis en avant les personnels.

Ce mouvement a reçu le soutien de la C.G.T, le secrétaire général de l’Union des Syndicats de Santé et Action Sociale du département, Hervé Maillot, était présent, il a mentionné « la solidarité des personnels hospitaliers publics à leurs collègues ».

Vendredi, une réunion du personnel avec la direction est programmée, elle aura lieu en début d’après-midi.

*Soins de suite et de réadaptation 

Hervé Maillot et deux gréviste nous ont fin parvenir en fin d’après-midi, le texte suivant : 

 » Le personnel gréviste a décidé daller interpeler le CSE par rapport à leurs revendication.
Le directeur adjoint (on se demande à quoi il sert dixit Hervé Maillot) n’a eu aucune réponse à donner aux grévistes, ne jurant que par Marie-Hélène, la cadre supérieure. Le personnel regrette le peu de soutien des élus au CSE.
Le personnel a donc décidé d’échanger avec celle-ci qui n’a pas pu donner plus de réponses.
L’établissement connait des difficultés de recrutement. Une aide-soignante a rétorqué que c’était normal vu le salaire, et les conditions de travail actuel…
Les grévistes se sont données rendez-vous demain à 13h30 pour exprimer à Monsieur le Directeur, leurs revendications. Ils n’iront pas sur les projets de la direction, qui se sert de la crise Covid pour diminuer le personnel et le service rendu au patient.
Le personnel se bat pour ses conditions de travail mais aussi pour que le patient reste au cœur des soins.
La lutte ne fait que commencer. Le personnel est déterminé et ne s’arrêtera pas une seule journée d’action. Il faut que la direction l’entende.
La suite (et non la fin) demain « 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.