Une base inquiète, un mouvement sportif qui revendique des moyens, mais un budget en baisse: la nouvelle ministre des Sports Roxana Maracineanu arrive dans un contexte délicat et hérite de plusieurs dossiers chauds au gouvernement.

« Son principal défi, ce sera de maintenir un vrai ministère des Sports et de sauvegarder ses missions et ses moyens », résume à l’AFP Marie-Georges Buffet, qui était à son poste au ministère en 1998, lorsque Roxana Maracineanu devenait la première française championne du monde de natation.

La députée communiste de Seine-Saint-Denis, très respectée dans les institutions sportives, souligne le paradoxe actuel: « il y a de grandes ambitions pour la France », avec les JO de Paris 2024 ou la Coupe du monde de rugby en 2023, « mais le ministère est affaibli, avec un budget ridiculement bas ».

Née en Roumanie, arrivée en France à l’âge de 9 ans avec ses parents fuyant le régime de Ceaucescu, Roxana Maracineanu a connu plusieurs engagements associatifs après sa carrière de haut niveau, et un passage au conseil régional d’Ile de France (2010-2015) dans le groupe socialiste.

Chargée cet été par le Premier ministre d’une mission sur l’apprentissage de la nage, elle débarque au gouvernement à un moment charnière: d’un côté, sa prédécesseure Laura Flessel lui laisse totalement ouvert le chantier de la réforme du modèle sportif français; de l’autre, son budget s’annonce encore à la baisse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.