Ce mardi 19 février, 96 tombes du cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin), installé depuis 1775, dans ce village de 800 habitants, ont été retrouvées profanées. Le gardien du cimetière nous explique qu’il a découvert les dégâts tôt ce matin en promenant son chien, à la lumière de sa lampe de poche. « Il y a une dizaine d’années, il y avait déjà eu un marquage à l’extérieur. Mais jamais on ne s’était attaqué à l’intérieur. On a du mouron à se faire pour l’avenir. » Confie-t-il.

A la sortie du village, les stèles alignées en surplomb de la route montrent leurs versos érodés. En arrivant par l’entrée principale, habituellement fermée à double tour, on distingue des croix gammées marquées à la bombe jaune, d’un côté, à la bombe bleue de l’autre. Une des sépultures profanées du cimetière de Quatzenheim porte l’inscription en alsacien « Elsassisches Schwarzen Wolfe » («Les Loups noirs alsaciens»), possible référence à un groupe autonomiste alsacien actif de 1976 à 1981.

En 2015, environ 300 tombes du cimetière juif de Sarre-Union, commune située dans le même département, avaient été vandalisées, tout comme un monument aux victimes de la Shoah. L’enquête avait mis en évidence un mobile antisémite. Cinq adolescents, qui avaient reconnu leur participation, avaient été condamnés en 2017 à des peines allant de huit à 18 mois de prison avec sursis.

En décembre dernier, plusieurs dizaines de stèles d’un cimetière israélite, à Herrlisheim (Bas-Rhin), au nord-est de Strasbourg, avaient été recouvertes de graffitis antisémites et de croix gammées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.