15.3 C
Chalon-sur-Saône

Prélèvement à la source : C’est parti!

Published:

Le 1er janvier 2019 sera mis en place le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Le 1er septembre, Le Parisien publiait un document confidentiel de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) faisant état de nombreux problèmes informatiques lors de la phase de tests. Jusqu’à 350 000 pour le mois de février 2018. Des contribuables prélevés plusieurs fois ou encore des erreurs d’homonymes. Affolé, le gouvernement envisageait alors de décaler ou même annuler la réforme.

Après plusieurs consultations, la décision a été prise de maintenir la réforme. Le Figaro explique aujourd’hui que les anomalies ont été corrigées dans la plupart des cas. Hormis le fameux mois de février, les bugs auraient été très peu nombreux selon le quotidien. Le problème aurait par ailleurs été rapidement identifié. Des entreprises, caisses de retraite ou employeurs publics ont alors oublié le premier zéro du code postal dans les neuf premiers départements français. « Nous ne pouvons pas prévoir tous les comportements atypiques de nos interlocuteurs. Mais il y en a toujours, et les tests servent justement à les détecter », détaille Élisabeth Humbert-Bottin, la directrice du GIP-MD, la structure par laquelle vont transiter les données entre le fisc et les entreprises.

Hormis ce cas très spécifique, un des bugs les plus impressionnants serait celui des homonymes. Des contribuables confondus avec d’autres à l’heure d’appliquer le taux de prélèvement. Si l’idée peut paraître alarmante, c’est une situation qui n’aurait concerné que… 10 personnes sur 75 millions. À chaque fois, il s’agit de personnes nées à l’étranger et n’ayant pas fourni de numéro de Sécurité sociale.

Enfin, les doublons, des déclarations envoyées deux fois au système, ne concerneraient que 0,0031 % du total des contribuables. Un cas dont la gravité est à relativiser puisque le contribuable n’est pas prélevé deux fois.

Related articles

spot_img

Recent articles

spot_img