Dix personnes, dont un policier, ont perdu la vie dans une fusillade perpétrée dans un supermarché de Boulder (Colorade) aux États-Unis lundi 22 mars. Au lendemain de ce massacre, Joe Biden a réclamé l’interdiction des fusils d’assaut, prenant ainsi part au débat sur la prolifération des armes à feu dans le pays. Le massacre du Colorado est intervenu moins d’une semaine après qu’un homme a abattu huit personnes dans des salons de massage asiatiques d’Atlanta, en Géorgie. Une répétition qui a suscité des appels pressants à l’administration démocrate et aux élus à agir.

Identifié comme Ahmad Alissa, le suspect a été blessé à la jambe et hospitalisé. Il se trouve dans un « état stable », a déclaré Maris Herold, la cheffe de la police de Boulder. « Il a été inculpé de dix meurtres », a-t-elle précisé. Son mobile n’est pas encore connu, selon les autorités. Toutes les victimes ont été identifiées et étaient âgées de 20 à 65 ans, d’après la même source. Le policier décédé était père de sept enfants, selon Maris Herold.

Le président Joe Biden a ordonné que les drapeaux soient mis en berne dans tous les bâtiments publics. « Je n’ai pas besoin d’attendre une minute de plus, encore moins une heure, pour prendre des mesures de bon sens qui sauveront des vies à l’avenir et pour exhorter mes collègues à la Chambre et au Sénat à agir », a-t-il dit. « Nous devons aussi bannir les fusils d’assaut », a-t-il ajouté. Selon des médias américains, le tireur était équipé d’un fusil d’assaut de type AR-15, arme souvent utilisée dans des tueries.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.