Le Cavl clipe l’homophobie

0
637

Le CAVL de l’académie de Dijon s’est lancé pendant ces vacances d’avril 2014 dans la production de 2 clips vidéos, l’un intitulé « D’apparences en apparences » (discrimination en raison de l’apparence physique (Poids/taille, tenue vestimentaire, réussite scolaire) et l’autre « Léo » (lutte contre l’homophobie). Ces 2 clips ont été tournés les 22 et 23 avril 2014 à Dijon.

Le CAVL (Conseil Académique à la Vie Lycéenne), encadré par Benoît Clair, a fait appel pour la réalisation de ces 2 projets à la mission Egalité Homme Femme (Laurence Guillet), à la Ligue de l’Enseignement et au Clemi Dijon/Typo pour la réalisation.

Août 2013, Léo et Jules se promènent dans un parc public... un petit moment de tendresse, d’amour, et Léo enlace Jules… un tout petit geste… Hélas un smartphone épie. La photo est prise, envoyée sur les réseaux sociaux… Le calvaire de Léo commence alors à la rentrée de septembre  dans son lycée… rumeurs, insultes, ricanements…. Que reste-t-il à Léo comme solution pour sortir de cette situation ? Comme trop de jeunes victimes  d’homophobie*, de rejet de leurs camarades, de leurs parents, de leur famille, de la société, écrira-t-il le mot fin…? Pas irrémédiable… une main tendue, une écoute attentive et…
T’es unique, mais pas seul… élèves, enseignants, parents, administration et tous, agissons ensemble contre l’homophobie, les discriminations !

*Dans un rapport rendu au sénat, le 17 mai 2013, par l’association « Le Refuge » , il est dit que le taux de tentative de suicide chez les jeunes homosexuels est multiplié par douze par rapport aux hétérosexuels du même âge. Ainsi 30% des gays de moins de 25 ans auraient déjà tenté de se suicider. En cause, la précarité qui touche 64% d’entre eux, et la peur de se confronter au regard des autres.

Alors que sur les 160 000 tentatives de suicide annuelles, 50 000 sont le fait de personnes de moins de 24 ans, la prise en charge de ces jeunes en souffrance n’est pas à la hauteur, dénonce Marie Choquet, de l’Inserm. Et pour cause : 9 tentatives sur 10 ne donnent lieu à aucune hospitalisation et à aucun suivi. Sachant que près de la moitié d’entre eux récidivent, que 72% se mutilent volontairement et qu’il s’agit de la deuxième cause de mortalité des 15/24ans, il y a de quoi s’alarmer. Surtout quand on sait que dans le mois précédent le passage à l’acte, 60% à 70% avaient pourtant consulté. (Rapport de l’association Le Refuge)

 

 

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.