Résultat de Reconquête aux législatives 2022 : une claque !

0
106
Eric Zemmour et Reconquête ont une nouvelle fois échoué. Lourdement. Après le cuisant revers essuyé à l’élection présidentielle, c’est une véritable claque qu’a reçu le parti d’extrême-droite au 1er tour des élections législatives. Pas un seul de ses candidats ne s’est qualifié pour le 2e tour. Aucune des figures médiatiques de la formation, que ce soit le fondateur en personne, le jeune Stanislas Rigault, ou encore l’ex-LR Guillaume Peltier, pourtant député sortant de sa circonscription, n’est parvenue à se qualifier. Dans une prise de parole peu après l’annonce des premières estimations, Eric Zemmour a reconnu que « les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes. » Relégué au second plan à la présidentielle, effacé du paysage politique avant même d’y avoir installé un élu à l’Assemblée nationale, à quel avenir peut désormais prétendre Reconquête ?

Au sein de Reconquête, l’hypothèse est réfutée. Le cap est plutôt mis sur les prochaines échéances électorales, à savoir les élections européennes de 2024, mais surtout les élections municipales de 2026. Eric Zemmour s’est félicité d’avoir, avec ces élections législatives, « posé un drapeau dans chaque circonscription de France. » Jeune parti avec des candidats novices, qui faisaient pour la plupart leurs premières armes en politique, la formation d’extrême-droite ne veut en effet pas s’avouer vaincue après ce premier échec. Ces profanes des campagnes électorales, ou presque, ont pâti de leur absence d’ancrage local, de bilan à défendre. Difficile ainsi de se faire entendre sur des territoires dans lesquels les principaux candidats étaient déjà implantés. Dès lors, Reconquête entend se structurer davantage, faire valoir ses idées et voir des figures émerger. Bref, solidifier une ossature encore jeune et fragile, bien que forte de 130 000 adhérents. Reconquête ne veut pas s’enterrer.

Mais ses adversaires pourraient le faire pour lui. Car ces élections législatives, tout comme la présidentielle avant elles, ont mis en avant la rivalité entre Eric Zemmour et Marine Le Pen. Si le premier n’avait, par exemple, pas investi de candidat sur la circonscription de la seconde, cette dernière ne s’est pas privée pour envoyer des candidats défier les représentants de Reconquête, et notamment Eric Zemmour. De quoi étioler les voix de l’extrême-droite et empêcher l’ancien polémiste de se hisser au 2e tour, lui qui avait pourtant tendu la main au Rassemblement national en vue d’une union pour les élections législatives. En vain. Désormais, le cap est fixé : se battre « contre l’islamogauchisme de Mélenchon et la gauche technocratique et carriériste de Macron » avec sa formation, « le seul parti de droite » selon ses dires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.