14.6 C
Chalon-sur-Saône

les 11 Patrimoines du cimetière de l’EST

Published:

Journées européennes du Patrimoine : Le cimetière de l’Est à Chalon
Pour cette visite de ce samedi 17 septembre, 20 personnes s’étaient inscrites.
45 sont présentes, malgré un temps incertain, gros nuages noirs puis soleil. C’est donc un franc succès pour Daniel Deriot, historien reconnu de la politique chalonnaise, initiateur de cette visite insolite de 11 tombes de Chalonnais du XXe siècle, de la 3e République. Ces hommes (pardon Mesdames, mais dans cette partie du siècle vous êtes, hélas, à vos fourneaux…!) sont souvent radicaux socialistes, parfois Francs Maçons ou Compagnons du Devoir, résistants. Ils ont écrit une partie de l’histoire politique de notre ville. Le Patrimoine c’est certes des monuments mais aussi des hommes (et maintenant des femmes…!) qui se sont dévoués pour leur ville, leur République. C’est bien, et c’est une première départementale, de leur rendre hommage. Voilà qui est fait avec le concours du service Patrimoine de la ville et des services municipaux. La visite commence par la tombe (en voie de restauration complète) de Jean (Marie, Chrysoslome) Richard (rien à voir avec le comédien jouant Maigret). Il a décidé, en tant que maire de Chalon de 1904 à 1919, de la construction du pont du même nom, pont qui permettait aux 2000 ouvriers de rejoindre plus facilement, que par barque, le « Petit Creusot », filiale de Creusot Loire, installé à Chalon en 1856, de l’autre côté de la Saône. Jean Richard fut sénateur, président du Conseil général et Franc Maçon. Il est né le 14 juillet 1856 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et décédé le 13 juin 1929.
**** **** **** **** **** **** **** ****
Le pont dit « Jean Richard » est inauguré le 15 août 1913, en même temps que l’Hôtel de la Chambre de Commerce. Plusieurs jours de festivités, entre le 14 et le 17 août 1913, sont programmés notamment un grand feu d’artifice. A cette époque, il s’appelle simplement« pont sur la Saône ». Il faudra attendre quelques jours plus tard, le conseil municipal du mois d’août, pour qu’il prenne officiellement le nom de son plus ardent défenseur, Jean Richard.
A la veille de la Libération de Chalon, le 04 septembre 1944, tous les ponts enjambant la Saône sont dynamités par les Allemands afin de retarder l’avancée des Alliés. Le pont Jean Richard est éventré en son centre. Il faut attendre 1949 pour que les travaux de reconstruction soient entamés. Le pont est alors entièrement repensé. Il est constitué de trois travées avec deux piles en béton armé et mesure 184 m de long. Le tablier est réalisé en béton et poutres métalliques. Ces dernières sont d’ailleurs fabriquées au sein des chantiers Schneider de Chalon situés à proximité.
Le nouveau pont ouvre à la circulation le 12 novembre 1951. Il sera officiellement mis en service et inauguré en 1952.
Le pont entame sa 3e restauration en 2017. Une rénovation entièrement réalisée par l’Etat, à hauteur de 2,7 millions d’euros, avant rétrocession de l’ouvrage à la ville de Chalon. Un passage de témoin réalisé le 14 juillet 2017 entre le sous-préfet Jean-Jacques Boyer et le maire Gilles Platret. Ce pont relie Chalon urbain de celui industriel, mais aussi permet de relier le Grand Chalon. Le pont a été repeint, végétalisé, éclairé par la pose de lumière sur son garde-corps
Prochaine visite guidée ce dimanche 18 septembre – 15h, plus de 30 personnes inscrites…
Sous peu en vidéo: la visite privée guidée complète par Daniel Deriot de ces 11 tombes, patrimoines u cimetières de l’Est, sur le site de chalontv.info

Related articles

spot_img

Recent articles

spot_img