La maraude, lien social avec les délaissés de la vie

0
495

Mardi 12 janvier 2021 -16 h – 13 rue Claude Perry – Locaux de la Croix Rouge chalonnaise.

Les 4 bénévoles du Samu social s’activent pour préparer, café, soupe, remplir la camionnette de bouteilles d’eau, de tousses de bien-être, de papier toilette, de couvertures, de sandwich… La maraude va bientôt démarrer. Elle est quotidienne depuis que le Préfet de Saône-et-Loire a activé, le 8 janvier, le niveau 1 « période de temps froid entre -5 °C et -10 °C » du plan Grand Froid.. Vers 16 h 50, départ pour la gare, le point de rencontre entre le Samu social et ceux et celles qui ont besoin de lui. L’autre point de stationnement de la fourgonnette au Palais de justice, a été, provisoirement abandonné. Comme il pleut, le véhicule, aménagé, se gare, dans la nuit naissante, dans la gare routière à 17 h. Avant le Covid, on pouvait boire son café, sa soupe à l’intérieur du véhicule. Depuis la pandémie, tout se passe à l’extérieur.

À peine arrêté, une douzaine de SVF, Sans Vie Fixe, arrivent. Eux et les bénévoles du Samu, qui tournent en équipe, se connaissent presque tous. Nos égarés de la vie, viennent chercher un peu de chaleur liquide, mais surtout de chaleur humaine. Beaucoup ont un petit logement, et souvent le RSA… ce qui est le cas de Nadine qui a un chien qui l’accompagne ce soir et 9 chats restés au domicile, sa famille à elle, ses compagnies, ses soleils. Les bénévoles sont là, bien sûr, pour apporter le minimum matériel, mais surtout pour voir si tout va bien, écouter et comprendre s’il y a un problème et essayer de trouver des solutions. C’est un moment d’humanité, d’aide sans jugement et de respect de la situation de chacun. Un moment de réconfort. Les SVF reçoivent bien sûr beaucoup, mais ils donnent aussi tellement par leur présence, leur vie bancale, parfois torturée aux bénévoles du Samu.

Certains SVF viennent là, autour de ce véhicule Croix Rouge, depuis tant d’années… une réunion de famille en somme. Bertrand est un peu à l’écart de ce groupe d’habitués. Il vient d’arriver à Chalon. Il est à la rue depuis 10 mois. Philippe Riegel, le cinquième de l’équipe, responsable du Samu social, va, avec délicatesse, psychologie lui parler, connaître ses besoins immédiats, lui proposer un hébergement par l’intermédiaire du 115, voir comment l’aider pour la suite. Bertrand refuse un hébergement par le 115, « trop de problèmes, de promiscuité, de vol… ». Il passera la nuit froide dehors en se mettant à l’abri du vent, du froid, sous un porche. La Croix rouge lui remet une couverture, un kit d’hygiène et une trousse de bien-être, eh oui il a aussi droit au bien être, de l’eau, à manger…

17 h 45 le groupe se disperse à cause du couvre-feu de 18 h. Ils reviendront demain pour ce moment de partage, d’humanité. Le véhicule part lui aussi. Dans les périodes normales, hors Covid, confinement, couvre-feu, il fait le tour de la ville, approche des endroits un peu plus discrets pour venir, s’ils le souhaitent, en aide aux baumés de la vie, de cette vie que nous avons rendue si individualiste. Avant de rentrer à la maison, le véhicule du Samu, fait quelques km pour apporter de l’eau et voir si tout va bien… à un SVF qui s’est isolé, a construit sa cabane dans la prairie…

Puis retour au Centre, déchargement, préparation du matériel pour l’équipe de demain soir, débriefing. Chaque VF, Vie fixe, retourne ensuite chez lui. Sûr que tous ces bénévoles, par cette expérience de solidarité, ont un autre regard de la vie.

JRI : Emma et Simon – Journaliste : Dominique – Montage Emma

CTV avait déjà consacré le 9 janvier 2017, un reportage vidéo sur la maraude de la Croix Rouge : Au service des délaissés de la Rue

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.