François, Chevalier de l’Ordre

0
340

C’est dans la salle d’honneur de la sous-préfecture de Chalon, ce samedi matin 9 octobre 2021, que le pneumologue retraité François Copreaux s’est vu remettre par sa femme, elle-même membre de l’Ordre, la médaille de chevalier de ce prestigieux Ordre national du Mérite. La cérémonie, au rituel strict, est orchestrée par Joëlle Arnoult, administrateur national de l’Ordre en présence du Sous-préfet Olivier Tainturier. L’ordre honorifique français institué le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle récompense les mérites distingués, militaires ou civils, rendus à la nation française. François Copreaux est distingué, par décret présidentiel du Président du 21 mai, pour son investissement dans la création du centre Nicolas-de-Pontoux, ouvert en 2005, l’un des premières maisons de santé en France, à Saint-Jean-des-Vignes. François Copreaux cogère toujours ce centre.

Dans cette remise de décoration, devant ses filles, sa famille, ses amis, le député Raphaël Gauvain, la Sénatrice Marie Mercier et d’autres élus, il faut surtout voir un hommage à l’humanisme du grand professionnel François Copreaux. La cérémonie fut aussi l’occasion d’une belle démonstration d’amour de ce couple marié depuis 47 ans

Le Dr Marie Mercier, sénatrice, a profité de ce moment fort en émotions pour remettre à son collègue François, la médaille du sénat.

Voir le portrait vidéo réalisé par CTV sur François Copreaux : sa vie, ses engagements humanistes.

Ordre national du Mérite

L’ordre national du Mérite est un ordre honorifique français institué le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle. Il récompense les mérites distingués, militaires ou civils, rendus à la nation française. Il remplace d’anciens ordres ministériels et coloniaux.

Il s’agit de la quatrième décoration dans l’ordre de préséance après la Légion d’honneur, la médaille militaire et l’ordre de la Libération, mais la troisième pouvant être encore décernée, ce dernier ordre étant forclos.

Sa création permet de revaloriser l’ordre national de la Légion d’honneur créé par Napoléon Bonaparte le 20 mai 1802 pour récompenser les mérites éminents.

Il comprend également trois grades : chevalier, officier et commandeur ainsi que deux dignités : grand officier et grand-croix.

La nomination dans l’ordre national du Mérite peut se faire par proposition ministérielle ainsi que par la procédure d’initiative citoyenne.

Lors du conseil des ministres du 14 novembre 1963, le président Charles de Gaulle, sur recommandation du grand chancelier Georges Catroux, craignant « l’inflation des décorations décida de créer l’ordre national du Mérite et de supprimer 17 ordres ministériels, qui n’étaient pas contrôlés par la chancellerie de la Légion d’honneur.

La réception dans l’ordre national du Mérite est attestée par un brevet (ou diplôme) nominatif, adressé au récipiendaire par la grande chancellerie. Pour procéder à la remise de la décoration, le récipiendaire doit préalablement s’acquitter du paiement de droits de chancellerie (montant fixé par décret au Journal officiel). Il peut alors recevoir officiellement la décoration à l’occasion d’une cérémonie militaire ou civile. À l’issue de la cérémonie de remise d’insigne, le récipiendaire et le délégué remplissent le procès-verbal de la journée, le signent et le datent. Ce n’est qu’à la réception de ce document que l’intéressé est officiellement admis dans l’ordre et que son brevet lui est expédié.

Le président de la République française est le grand maître de l’ordre. Le grand chancelier de la Légion d’honneur est chancelier de l’ordre national du Mérite. Depuis 1974, tous les Premiers ministres sont élevés, par le président de la République, à la dignité de grand-croix de l’ordre national du Mérite après six mois de fonction

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.