Cédric Fèvre est handicapé de naissance. Cela fait 23 ans qu’il pratique le tir sportif. Il a commencé un peu, par hasard, à l’âge de 11 ans. Au départ, il pratique la natation sur Dijon dans un club multisport qui propose aussi le tir sportif… On l’incite à essayer… essais concluants. Et c’est parti… ! Il n’était pas particulièrement attiré par le milieu des armes. Au départ le tir sportif est un loisir puis petit à petit c’est devenu une passion et un sport de compétition.

Il entre en équipe de France une dizaine d’années après le début de sa carrière. Il gagne à sa première participation aux jeux de Londres 2012 la médaille paralympique au tir sportif. C’est un aboutissement sportif, mais aussi personnel. Cette médaille, c’est beaucoup d’émotion pour lui, mais aussi pour tout son entourage, sa famille, ses coachs qui le soutiennent dans ce sport de haut niveau exigeant à tous les points de vue.

Médaille d’or à Londres 2012

Pour lui, de plus en plus, les personnes valides changent leurs regards sur les personnes handicapées. La médiatisation (transmission télévisuelle…) par exemple des jeux paralympiques y contribue beaucoup, mais aussi le travail des associations.

Le problème de l’accessibilité des personnes handicapées, même si cela a bien évolué, reste un problème important.

Le tir sportif est le 3ème sport individuel le plus pratiqué au monde après le tennis et le golf. Il est au programme des Jeux Olympiques et Paralympiques.

 

Dans le tir handisport, on distingue 2 types d’armes : le pistolet sur les distances de 10, 25 et 50 mètres et la carabine sur les distances de 10 et 50 mètres. Je ne ferai ici qu’une présentation du tir à la carabine handisport. (Texte Cédric Fèvre)

Interview réalisée le 11 avril à Chatenoy, au Challenge Mix Cité, dont Cédric Fèvre est le parrain (Voir le reportage de ChalonTV)

Photos site de Cédric Fèvre et ChalonTV

 

1 COMMENTAIRE

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here