Ce mercredi 10 juillet, 19h, nouvelle effervescence dans la rue du pont de Chalon, au niveau de l’Atrium. Nouvelle exposition de peintre, de photographe, nouveau petit concert de jazz, conférence se demande-t-on ? Non, cette fois-ci, la propriétaire du lieu L’Atrium, Patricia Piana, ouvre grandes ses portes pour accueillir Laurent Delrieu* pour un pot et un échange républicain. [Pour en savoir plus, regardez la vidéo de l’intégralité de son discours et des questions qui lui ont été posées]

Laurent Delrieu, après 6 ans d’immobilise de la municipalité en place, équipe qui dévoile de plus en plus sa proximité avec l’extrême droite, propose donc un autre Chalon, un Chalon écologiste, humaniste, républicain et progressiste et un rassemblement de toutes les forces progressistes pour faire barrage au maire actuel et inventer ensemble le Chalon de demain. Changeons Chalon et faire de la politique autrement pour un Chalon gagnant sont ses slogans, un changement discuté avec les citoyens, bien sûr.

Laurent Delrieu n’appartient à aucun parti politique, mais il veut porter une dynamique d’union avec les verts, le PS, LaREM, l’UDI, le PC, les groupes d’initiatives locales citoyennes comme Chalon Itinéraire Bis. Il est, déjà, soutenu par l’UDE, L’union des démocrates et des écologistes

Il souhaite, comme beaucoup d’autres candidats, faire de la politique différemment. On ne peut plus, dit-il devant plus d’une vingtaine de personnes, avoir des municipalités, des intercommunalités qui agissent par le prisme de la politique politicienne en imposant leur dogmatisme depuis une cinquantaine d’années avec des résultats qui lassent les citoyens. Il déplore à Chalon et ailleurs les décisions prises non pas dans l’intérêt du citoyen, mais au regard d’un positionnement politique que l’on veut affirmer.

Il veut inventer une vie sociétale plus intense, faire de Chalon une ville exemplaire en innovation technologique à travers la politique de l’habitat et du transport. Il souhaite fortement que l’écologie devienne un enjeu économique créateur d’emplois et non plus une contrainte. Tous ces projets sont à construire, ensemble, dans la diversité et le dialogue entre les différentes forces qui veulent changer Chalon. Ce travail sera entrepris dès la rentrée avec les structures déjà organisées, mais aussi tous les citoyens qui pourront donner leurs envies, leurs visions de Chalon par internet, par FabLab**.

Il est temps, pour lui, que le maire devienne un animateur des différentes sensibilités de sa majorité et non pas un chef de parti qui gouverne seul. Il souhaite faire de Chalon une ville modèle pour sa gouvernance (la gouvernance, solitaire et autoritaire, du Maire actuel revient souvent dans toutes les discussions politiques de ceux qui veulent un Autre Chalon). Tout cela implique une démocratie participative avec des adjoints qui ont un vrai rôle et non pas seulement celui de figurants, des associations et des citoyens consultés et écoutés. Il est pour une écologie transversale, ainsi chaque décision doit être évaluée en fonction de son impact écologique.

Il dénonce une problématique sociale sur Chalon, des maisons de quartier quasi démantelées, la fin des les menus de substitution, une baisse de 25 % des subventions des associations, elles qui font pourtant vivre la ville et qui bénéficient ou non de subventions selon le fait du prince et non de ce qu’elles apportent à la ville et à ses habitants… Il regrette le positionnement non républicain du Maire (Les Républicains) qui ne se rend pas à Autun (7 février 2019) au débat national proposé par le Président ou auparavant quand il n’accueille pas la ministre de la Justice Christiane Taubira (16 octobre 2015) inaugurant le nouveau palais de justice de Chalon.

Il est, pour lui, impératif de changer tout cela. Il croit à l’existence d’un socle commun des opposants au Maire, à des projets qui peuvent se rejoindre et donc à l’Union des progressistes, union qu’il appelle de ses vœux.. Si chacun part de son côté, dit-il : Gagnant Gilles Platret, perdant Chalon.

*Directeur d’établissement et en charge de conseil en économie sociale et solidaire, Laurent Delrieu, âgé de 49 ans. Il est chalonnais depuis une bonne quinzaine d’années.

**Fablab, espace virtuel ou non, où les personnes peuvent donner leur avis sur les sujets qui les concernent, une petite idée, un petit ou un grand projet.. Cela permet à la liste d’être informée des souhaits des citoyens et de construire avec eux des solutions concrètes. Pour l’instant c’est virtuel mais cela débouchera sur des rencontres avec Changeons Chalon…à partir de septembre.

Voir l’interview exclusive vidéo de Laurent Delrieu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.