Ce reportage vidéo (tourné en juin 2020), alors que la pandémie de Covid-19 n’est pas finie et que certains prédisent et/ou redoutent une deuxième vague à la rentrée scolaire et industrielle de septembre, raconte la vie et les mesures prises par le collège Robert Doisneau de Chalon dès le début du confinement (17 mars) jusqu’aux vacances (4 juillet) en passant par les deux phases du déconfinement (juin). Une histoire de solidarité, de travail d’équipe, d’inventivité, d’énergie, de protection sanitaire au profit des élèves dont certains vivent dans des conditions précaires depuis fort longtemps. Tout le monde n’a pas été égal pendant ce confinement. Le collège Doisneau a essayé au mieux et souvent avec réussite de limiter la fracture sociale dont on parle depuis si longtemps.

La France vient de vivre ces deux dernières années de façon difficile (2019 : Gilets jaunes – à partir de novembre 2018 et 2020 la petite gripette Coronavirus ou Covid-19 qui se révéla très vite très dangereuse, destructrice sociétalement et pandémique). Ce virus a eu et aura des conséquences très importantes sur notre vie, notre façon de vivre, notre économie… À ce jour du 26 août 2020, en France (sources officielles) : 253 587 cas confirmés, 340 clusters en cours d’investigation, 30 544 décès dont 20 038 hospitaliers, 4 600 patients hospitalisés dont 410 en réanimation, 21 départements en zone rouge).

Le 17 mars le gouvernement, vu le développement de la pandémie, décide le confinement du pays. Ne peuvent sortir que les personnels médicaux, les ouvriers, cadres nécessaires à la continuité des industries de première nécessité… Le télétravail et le chômage partiel sont fortement instaurés. Beaucoup de Français ne sortent plus qu’une heure avec justificatif pour faire des courses… On assiste à la fermeture des restaurants, des bars, des commerces de non première nécessité, des salles de spectacle…. des écoles, collèges, lycées… Le port du masque, dont le manque se fait sentir, est instauré. Les tests ne sont pas assez nombreux. La France, comme beaucoup d’autres pays, vit au ralenti avec quelques élans de solidarité remarqués. Le confinement est globalement très respecté.

Vu le recul de la pandémie, le gouvernement décrète le 11 mai, le déconfinement (55 jours, soit 1 mois et 25 jours de confinement). Le lundi 11 mai sonne la cloche du retour à l’école pour les élèves de primaire. Sur la base du volontariat des parents, ce sont d’abord les maternelles, CP, CE1, CE2 ainsi que les enfants de « professionnels de santé et des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire », qui ont repris le chemin de l’école. À partir du 2 juin 2020, la France entre dans la deuxième phase de déconfinement progressif initié le 11 mai dernier. Les collèges de notre académie (à l’époque, il y avait les départements verts, oranges et rouges) rouvrent progressivement les classes de 6e et 5e. Puis viendra le tour des élèves de 4e et 3e. Les établissements scolaires, avec des protocoles et barrières sanitaires strictes, peuvent ouvrir de nouveau. L’école et le collège redeviennent obligatoires pour tous les élèves le 22 juin – phrase 3 du déconfinement (75 % des collégiens sont retournés en classe.).

Le déconfinement, le retour à « la vie », la fin de la limite de déplacement des 100 km, les vacances qui arrivent, voient les gestes barrières parfois moins suivis (rassemblements sans masques, sans distanciation notamment au niveau de la jeunesse qui se croient invulnérable). Le nombre ce cas réaugmente (certes il y a des de plus en plus de gens testés), des clusters apparaissent avec confinement, des maires imposent le port obligatoire des masques dans les parties fréquentées de leur agglomération, à l’intérieur comme à l’extérieur. Le préfet du Nord prend cette mesure pour son département. Le 27 août dans sa conférence de presse, le Premier ministre déclare : « Nous comptions moins de 1000 nouveaux cas par jour à la fin du confinement, nous sommes aujourd’hui à plus de 3 000. Bien sûr, il faut interpréter ces chiffres avec prudence, nous testons beaucoup plus de monde. Mais cette montée en puissance des tests n’explique pas tout : le pourcentage de personne positive augmente. »

« Ce virus circule beaucoup chez les jeunes, en particulier pour la tranche 20-30 ans, qui présentent des taux positifs proches de 6 % », soit plus que la moyenne nationale (3,7 %). « Les asymptomatiques sont en nombre élevés au sein de cette population (…) ce qui explique l’impact pour le moment faible sur notre système hospitalier. Cela étant, la positivité augmente pour toutes les tranches d’âge. »

Beaucoup sont inquiets du futur. La rentrée scolaire a lieu le 1er septembre avec les règles sanitaires ci-dessous (ministère de l’Éducation).

Lire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Confinement_de_2020_en_France

Rentrée scolaire 2020 : le nouveau protocole sanitaire de référence

Publié le 27 août 2020 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Port du masque obligatoire pour tous les enseignants et tous les élèves à partir de 11 ans à l’intérieur et à l’extérieur, fin de la distanciation dans les cours de récréation, accès aux jeux extérieurs… Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a diffusé le 26 août 2020 un nouveau protocole sanitaire qui précise les modalités applicables à la rentrée scolaire 2020 dans les écoles, les collèges et les lycées dans un cadre sanitaire normal. En cas de dégradation de la situation justifiant des restrictions d’accueil ou des fermetures, un plan de continuité pédagogique a été diffusé.

La rentrée aura lieu le 1er septembre. Les élèves de tous les niveaux seront accueillis sur l’ensemble du temps scolaire, dans le respect des prescriptions émises par les autorités sanitaires.

Ce protocole repose sur les prescriptions émises par le ministère des Solidarités et de la Santé et notamment sur un avis du Haut Conseil de la santé publique du 7 juillet 2020 . Les mesures s’adressent aux élèves comme aux personnels. Leur application doit tenir compte du contexte propre à chaque établissement.

La distanciation physique

Dans les espaces clos, la distanciation physique n’est plus obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. Cette règle concerne tous les espaces clos : salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats…

Dans les espaces extérieurs comme les cours de récréation, la distanciation physique ne s’applique pas non plus.

À savoir : Les parents d’élèves s’engagent à ne pas envoyer un enfant en classe en cas de fièvre (38° C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant le Covid-19 chez lui ou dans la famille. Les personnels doivent s’appliquer les mêmes règles.

Dans le cas où l’élève ou un membre de son foyer a été testé positivement au Covid-19 ou bien identifié comme « cas contact », il ne doit pas se rendre en classe. Le directeur de l’école ou le responsable d’établissement doit en être informé.

Le port du masque

  • Pour les élèves des écoles maternelles : il est à proscrire.
  • Pour les élèves des écoles élémentaires : il n’est pas recommandé, mais des masques sont à disposition pour les enfants présentant des symptômes dans l’attente de leur départ de l’école.
  • Pour les collégiens et lycéens : il est obligatoire dans les espaces clos et les espaces extérieurs même lorsqu’une distanciation d’un mètre est respectée. Il n’est pas nécessaire lors de la prise des repas, des pratiques sportives et des nuits en internat.
  • Pour les personnels : il est obligatoire en présence des élèves, de leurs parents et de leurs collègues dans les espaces clos et extérieurs même quand la distanciation d’au moins un mètre est garantie.

Les parents peuvent accompagner leurs enfants lorsque c’est nécessaire à condition de porter un masque et de respecter une distanciation physique d’au moins un mètre.

À savoir : Il appartient aux parents de fournir des masques à leurs enfants. Cependant, le ministère dote chaque établissement en masques grand public pour les élèves qui n’en disposeraient pas.

Les gestes barrière

Les gestes barrière doivent être appliqués en permanence :

  • se laver très régulièrement les mains ;
  • tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ;
  • utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter ;
  • saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades.

Le lavage des mains à l’eau et au savon doit être réalisé :

  • à l’arrivée dans l’établissement ;
  • avant chaque repas ;
  • avant et après les récréations ;
  • après être allé aux toilettes ;
  • le soir avant de rentrer chez soi ou dès l’arrivée au domicile.

Il peut s’effectuer sans mesure de distance physique. Le séchage doit être soigneux avec si possible une serviette en papier jetable, ou sinon en laissant sécher ses mains à l’air libre. Les serviettes à usage collectif sont à proscrire. À défaut, il est possible d’utiliser une solution hydroalcoolique, sous l’étroite surveillance d’un adulte à l’école primaire.

La limitation du brassage des élèves

La limitation du brassage entre classes et groupes d’élèves n’est plus obligatoire.

Cependant, le déroulement de la journée et des activités scolaires est organisé pour limiter les regroupements et les croisements importants. Les arrivées et départs sont particulièrement étudiés pour limiter au maximum les regroupements d’élèves et/ou de parents. Les personnels, les collégiens et les lycéens portent un masque durant leurs déplacements.

La ventilation des locaux

Les locaux sont aérés aussi souvent que possible et pendant au moins 15 minutes à chaque fois.

Les salles de classe ainsi que tous les autres locaux occupés pendant la journée sont aérés le matin avant l’arrivée des élèves, pendant chaque récréation, au moment du déjeuner (en l’absence de personnes) et pendant le nettoyage des locaux. Cette aération doit avoir lieu au minimum toutes les 3h.

La désinfection des locaux et matériels

  • L’accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est désormais autorisé.
  • Des objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe peuvent être mis à disposition : ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.
  • Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) est réalisé au minimum une fois par jour, ainsi qu’une désinfection des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et les personnels dans tous les espaces communs (les poignées de portes, par exemple).
  • Les tables du réfectoire sont nettoyées et désinfectées après chaque service.

Au sujet de cet article reportage Vidéo tournée en juin 2020

  • Images vidéo du reportage et montage : Aurélie Chialvo
  • Le son du reportage a été retravaillé par : Fodil Aissaoui
  • Journaliste du reportage et du texte ci-dessus : Dominique Gaye

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.