Ce samedi 5 janvier 2019, commence l’acte 8 du mouvement des Gilets jaunes. 14h, ils sont 20 à 30 au QG du rond-point de Lux pour organiser les actions de l’après-midi. Certains sont partis rejoindre les rassemblements GJ à Dijon et Paray. L’action envisagée, cet après-midi, est une distribution de tracts, dans un lieu non encore décidé. Le soir, il y aura l’habituelle maraude à 20h au palais de justice et à 21h à la gare en alternance avec le Samu social de la Croix-rouge. Bien sûr on parle beaucoup de ce qui s’est passé la veille, vers 19h, au rond-point donnant accès à Amazon, une sorte de répétition de l’action du vendredi précédent. Avec un peu les mêmes problèmes, altercation avec les gendarmes mobiles, charges de ceux-ci, interpellation de 18 personnes, dont 5 gardes à vue (qui auraient été libérés en fin d’après-midi de ce samedi). Cette action, avec violence, n’est pas approuvée par tout le monde. Pour en savoir plus voir le communiqué du Préfet. Impossible d’avoir plus de renseignements au QG, aucun des présents n’ayant participé à l’action du vendredi.

On voit encore les traces de l’accident de la St Sylvestre : la glissière en béton démolie et les trace de la voiture (à côté des palettes) et le souterrain pour les piétons

Un gilet jaune, que nous avons contacté enfin d’après-midi, a une version un peu différente. Selon lui, quand ils sont arrivés au Rond-point Amazon de Sevrey, les gendarmes sont déjà là, une trentaine avec boucliers… plus une cinquantaine qui sont à l’écart. Les Gilets sont une soixantaine avec des GJ extérieurs. Les évaluations numériques sont toujours difficiles, de plus pendant la nuit. Au bout d’un quart d’heure, on leur demande d’évacuer le rond-point. Un lancer d’un fumigène a lieu. Notre témoin, dont ce n’est pas la première rencontre avec les gendarmes, trouve la discussion plus tendue, plus ferme, plus répressive que d’habitude où c’était plus « convivial ». Il semble évident que les forces de l’ordre ont reçu de leur ministre des consignes de fermeté : on ne filtre pas, on ne bloque pas, on n’occupe pas et les campements des ronds-points (illégaux selon la loi) doivent cesser et disparaître. Puis de ce rond-point Amazon jusqu’au rond-point du QG de Lux c’est la course-poursuite sur la route N6… charge des gendarmes, provocations, blocage de l’ancienne N6 d’un quart d’heure environ au niveau du restaurant chinois… et c’est pendant ce temps que la plupart des interpellations a lieu. Le préfet parle de jets de pierres qui auraient blessé un officier de gendarmerie au pied. Notre témoin, après s’être renseigné, reconnaît qu’une pierre a été lancée [correction du 6 janv]. C’est un peu la débande des GJ sur cette N6 dont certains se réfugient dans leur QG qui est sur un terrain privé. Ils sont encerclés, pendant plus d’une heure, par les gendarmes qui auraient menacé de pénétrer dans ce terrain. Puis tout redevient normal.
Selon certains Gilets la mineure Margot (16 ans) qui aurait été interpellée vendredi soir, l’aurait été violemment. Le Père avait été lui aussi interpellé et placé en garde à vue (libéré samedi en fin d’après-midi). Il semblerait, mais l’info est à confirmer, qu’il ait porté plainte [ajout du 6 janvier]. A suivre

Ce que l’on peut dire c’est que le ton se durcit à la fois du côté de certains GJ et des forces de l’ordre. Une source proche de la police nous confirme que les forces de l’ordre, sur le qui vive de puis le 17 novembre, sont un peu fatigués et exaspérés que tous ces samedis où cela se répète. Le ras-le-bol est là. On sait que la fatigue peut entraîner des débordements des deux côtés. Pour l’instant, on a évité le pire (sans parler de l’accident de voiture de la St Sylvestre) à Lux… espérons que cela va continuer et que le dialogue (de sourds nous disent les gilets) va enfin commencer pour trouver des solutions raisonnées et raisonnables.

 

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.