A-t-il anticipé ou sous-estimé le danger ? Emmanuel Macron est plus que jamais attendu sur des résultats concrets contre l’islamisme radical, après un assassinat effrayant qui survient juste au moment où il allait durcir sa politique.

De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, toute la classe politique a condamné avec force la décapitation d’un enseignant pour un cours sur la liberté d’expression où il a montré une caricature de Mahomet.

Comme le massacre de Charlie Hebdo en 2015, la vague d’horreur dépasse les clivages, en mêlant le sujet de la lutte contre l’islamisme, cheval de bataille de la droite, et la défense des enseignants, chère à la gauche.

Mais LR et RN sont montés au créneau en demandant au président davantage de fermeté et « des actes » contre l’islam radical, leur angle d’attaque favori à un an et demi de la présidentielle. Même le patron de LFI Jean-Luc Mélenchon a demandé samedi de « réprimer efficacement là où est le mal ».

Au Sénat, LR va faire examiner lundi une proposition de loi sur la laïcité afin d’inscrire dans la Constitution la prééminence des règles de la République sur religions ou origines, un texte préparé avant le meurtre de Conflans.

Pourtant le 2 octobre, après des mois de gestation, le chef de l’Etat s’était rallié à la ligne dure de son camp en annonçant une batterie de mesures contre ce qu’il a appelé le « séparatisme islamiste ».

Elle feront l’objet d’un projet de loi « renforçant la laïcité » qui doit être présentée le 9 décembre, avec pour mesure phare l’obligation de l’enseignement à l’école dès 3 ans.

Le recrutement de 10.000 policiers supplémentaires ainsi que la hausse du budget de la justice participent de cet objectif de renforcer la République, fait valoir l’exécutif.

Mais la décapitation de l’enseignant provoque un choc tel que le président a dû en urgence monter en première ligne, et l’Elysée promettre d’autres décisions.

Emmanuel Macron s’est rendu sur place dans les Yvelines quelques heures après le meurtre, déclarant solennellement qu' »ils ne passeront pas ». Alors qu’il s’était abstenu de tout commentaire après l’attaque au hachoir devant les anciens locaux de Charlie Hebdo il y a trois semaines.

L’Elysée a annoncé « d’autres expressions et annonces après les réunions du week-end ». Le chef de l’Etat doit présider d’ici dimanche soir un conseil de défense, l’instance de crise qui lui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.