C’est une accélération qui ne se sent pas bon. Alors que la pandémie s’accélère de manière “brutale” en France et en Europe, Emmanuel Macron et Jean Castex s’apprêtent à prendre de nouvelles mesures pour tenter de contenir la vague qui s’abat sur les hôpitaux.  Fait inhabituel, Emmanuel Macron a convoqué deux conseils de défense, mardi et mercredi. De son côté, Jean Castex recevra à Matignon mardi après-midi les partis politiques, les partenaires sociaux et les responsables des groupes parlementaires. Des rencontres qui n’étaient pas prévues ce lundi 26 octobre au matin et qui ont été prises dans l’urgence après un déjeuner entre Emmanuel Macron et Jean Castex ce lundi 26 octobre, selon les informations du Figaro.

Les Français peuvent s’attendre à de nouvelles mesures restrictives afin de lutter contre le Covid-19. “Tout n’est pas calé, mais l’idée est d’annoncer de nouvelles mesures après la consultation des deux conseils de défense et des partis politiques et partenaires sociaux”, confirme au HuffPost un conseiller ministériel haut placé.  “Il faut probablement durcir encore les mesures sanitaires”, disait au même moment un médecin marseillais sur BFMTV. “Le couvre-feu, c’est un pari risqué (…) Si on n’est pas efficace du tout, il faudra confiner”, a averti de son côté sur France Info Éric Caumes, chef du service infectiologie de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP).

Emmanuel Macron a annulé son déplacement prévu mardi 27 octobre au Creusot (Saône-et-Loire) pour se consacrer à la gestion de la crise sanitaire. “La situation est suivie de très près et elle est de plus en plus préoccupante”, dit-on à Matignon.

Le professeur Delfraissy, président du Conseil scientifique voit “deux hypothèses” pour tenter de faire face. La première est “d’aller vers un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le weekend”. Si cela ne suffit pas, un confinement pourrait ensuite être envisagé. La deuxième hypothèse est “d’aller directement vers un confinement”, mais “moins dur” et moins long que celui de mars à mai. Il “permettrait probablement de conserver une activité scolaire et un certain nombre d’activités économiques”, avec un recours accru au télétravail, expliquait-il sur RTL ce 26 octobre.

À ce stade, “tout est sur la table”, nous assure un conseiller du couple exécutif. Aussi bien “le confinement généralisé, qu’un confinement régionalisé ou qu’un couvre-feu plus tôt”, poursuit-il, démentant l’idée qui circule chez d’autres sources d’un confinement uniquement le week-end et d’un couvre-feu avancé en semaine. “C’est durant les conseils de défense que les décisions se prennent”, réagit-on à Élysée où l’on ne veut rien dévoiler des scénarios en cours. “Le conseil de Défense de mardi permettra de poser le diagnostic et celui du lendemain servira à prendre des décisions”, complète le conseiller de l’exécutif. Les Français devront attendre quelques jours pour savoir ce qui les attend dans les prochaines semaines.

Envoyer ce dessin à un

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.