Une nouvelle équipe, une nouvelle formule pour ce 33e festival Chalon dans la rue 2018 (du mercredi 18 au dimanche 22 juillet), c’est ce que dévoile, ce vendredi avril, dans le lieu de Fabrique des Abattoirs, Pierre Duforeau, codirecteur du Festival. Cette année pas de grosses machineries qui accueillaient, les années précédentes, environ 5.000 spectateurs place du collège, les soirs. Le choix a été fait de plutôt ouvrir un espace avec un nombre plus important de plus petits spectacles, avec quand même des choses spectaculaires comme la funambule, qui occupera les quais transformés en zone piétonne du vendredi au samedi soir. La philosophie de ce nouvel événement chalonnais et national des Arts de la rue est d’être dans la rue (de Chalon), et d’être happé par des spectacles qui vont à votre rencontre.

On retrouvera comme les années précédentes environ 150 compagnies du OFF (dévoilés courant mai) et des collectifs dans les cours (Cour de l’Évêché, Abattoir…)

L’accueil public sera, cette année non plus au Carmel, mais place du collège. Cela sera non seulement un endroit où l’on pourra bien sûr acheter des billets, mais bien plus que cela. Il s’agit de créer un lieu vivant où Turbodancing fera la radio du festival. Passer par la place du collège, poumon du festival, lieu de rencontres, d’échanges de bons tuyaux, thermomètre du climat festivalier.. avant de partir dans la ville où les artistes iront vous séduire.

Contrairement aux années précédentes, l’affiche de ce Festival n’a pas été dévoilée. Elle n’est pas achevée. Pour l’instant, elle se résume à un fond blanc avec un cadre où sont inscrits en noir et blanc les dates, le sous-titre du festival… L’affiche finale sera un travail collectif des artistes, des Chalonnais, des spectateurs, des écoles. Elle sera aboutie et placardée mi-juin en 4 m sur 3 sur les murs de la ville. Pendant le festival, des affiches vierges seront personnalisables par les festivaliers…

Le coût du festival (tout compris, cachets, technique, encadrement, sécurité, communication) est d’un million d’euros.

Le festival change aussi de slogan. Il passe de Festival Transnational des artistes de Rue à Festival des Espaces publics. À ce changement s’ajoutera chaque année, un sous-titre. Cette année, c’est « être — bête, point d’interrogation ». Des animations, des ateliers participatifs, des rencontres avec des publics différents, des agriculteurs, des chasseurs, des vegans, des questions seront proposées par rapport à cette phrase. Attention, il ne s’agit pas de la thématique du festival qui restera toujours divers tant dans le fonds que dans la forme et l’esthétique.

Le 31 mai 2017, c’est bien un duo qui prend les rênes de l’Abattoir et du festival. Il s’agit de Pierre Duforeau, le fondateur et directeur artistique de la compagnie d’arts de rue KompleXkapharnaüm, maintes fois programmée au festival, et de Bruno Alvergnat, directeur de la salle de concert chalonnaise « La Péniche ». Le Festival de juillet 2017 avait été organisé, pensé, réalisé par Pedro Garcia (qui le dirigea pendant 13 ans après Pierre et Quentin)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.