Ce 11 décembre, le lendemain du discours du Président Macron faisant un certain nombre de concessions aux Gilets jaunes (Smic + 100 euros, CSG, heures sup défiscalisées et sans charges…),le Rond-point de Lux continue sa vie solidaire et garde le cap. Ce rond-point est une référence sur Chalon, mais bien au-delà… les Robins jaunes commencent à être connus et reconnus. Lux, c’est le camp des Gilets jaunes, un camp qui est en place depuis le 20 novembre et qui dure, perdure. Cette longévité, cette ambiance sont dues à ceux et celles qui sont là depuis le début. À Lux, il y a une « philosophie » de la lutte pour ses droits, de la solidarité. À Lux, on ne bloque pas, on filtre parfois et on sourit, on klaxonne…et on reste. L’esprit de Lux est le résultat de ceux qui y séjournent, se relaient depuis 3 semaines.

Allan et David sont sur le rond-point de Lux depuis le début, depuis plus de 3 semaines donc. Ils mènent une double vie, pas toujours facile, celle de gilets jaunes et celle de travailleur dans leur emploi respectif. Après ce discours du Président Macron, du lundi 10 décembre, ils donnent leurs avis. Pas très convaincus, ils préparent leur menu de Noël au camp de Lux… !

 

Après l’attaque terroriste de Strasbourg, les Robins jaunes continuent leur combat de revendications avec leur demande forte d’instaurer des référendums d’initiative populaire pour que le Peuple soit davantage associé aux choix faits pour lui. Comme partout, la défiance est grande face aux Politiques. Samedi, ils resteront à Lux pour la plupart et non pas à Paris. Ils feront une minute de silence pour les victimes du terroriste islamiste qui a été abattu ce jeudi 13. Quand on reste de leur lutte, tout se décide en collectif, en AG. De toute façon, samedi, ils seront présents au rond-point ou/et ailleurs pour que Macron les entendent… enfin, disent-ils.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.