Ouf de soulagement pour Macron après la fin de la manifestation des Gilets jaunes à Paris

0
596

L’acte 4 de la manifestation des Gilets jaunes dans la capitale n’a pas atteint le même paroxysme de violence que samedi 1er décembre. Certes, il y a eu des affrontements, des vitrines pillées et plusieurs voitures brûlées. Mais à l’évidence les forces de l’ordre, qui avaient semblé totalement dépassées il y a une semaine, ont repris le dessus par rapport aux casseurs, aux groupes d’extrême droite ou d’extrême gauche et aux manifestants les plus radicaux. Il était temps…

Ce début de retournement de situation, qui reste à confirmer dans les jours et peut-être les semaines qui viennent, est le résultat de plusieurs facteurs. D’abord, le dispositif sécuritaire avait été alourdi jusqu’à être porté à son maximum avec 89 000 policiers et gendarmes mobilisés dans toute la France, dont plus de 8 000 à Paris. Pour la première fois, une douzaine de blindés de la gendarmerie ont été déployés dans les rues de la capitale, à la stupéfaction des Parisiens… Mais surtout la doctrine du maintien de l’ordre à la française, consistant à tenir les manifestants à l’écart pour éviter le corps à corps, a été abandonnée au profit d’une stratégie d’interpellations tous azimuts, avec des forces de sécurité beaucoup plus mobiles.

Autorisées par des réquisitions judiciaires, des centaines de contrôles ont été menés en amont, la veille ou dès l’aube, afin d’empêcher les profils à risque de défiler et de saisir tout matériel pouvant blesser ou servir de projectile. Quitte à ce que certaines personnes interpellées s’indignent d’une atteinte à la liberté de manifester. Sur le terrain, il fallait aussi montrer patte blanche pour s’approcher des Champs-Elysées, les CRS fouillant fréquemment les sacs et vérifiant les identités.

Au total, ce sont plus de 1300 interpellations qui ont eu lieu sur l’ensemble du territoire, un record ! Une stratégie offensive qui a incontestablement permis de limiter les débordements, malgré l’arrivée de casseurs à la tombée de la nuit.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.