Mélenchon convoqué chez les juges

0
101

Jean-Luc Mélenchon, a maintenu jeudi sa dénonciation d’une « police politique » coupable à ses yeux de lui avoir tendu un « traquenard », à l’issue de son audition par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières (OCLCIFF).

L’ancien candidat à la présidentielle a été entendu pendant cinq heures à Nanterre, près de Paris, dans le cadre des enquêtes ouvertes par le parquet sur les activités des assistants parlementaires européens de LFI et les comptes de la campagne présidentielle.

« C’est un traquenard, c’est une opération de police politique », a-t-il lancé à sa sortie. « Je ne mets pas en cause la police mais (…) la police politique, c’est-à-dire la décision politique d’instrumentaliser des magistrats et des policiers pour essayer de faire un mauvais sort à l’un des chefs de l’opposition. »

« Cinq heures pour enfoncer des portes ouvertes », a-t-il déploré, assurant avoir déjà répondu à toutes les questions qui lui ont été posées, notamment sur les collaborateurs de LFI au Parlement européen. Son avocat, Mathieu Davy, a dit à Reuters que l’audition s’était « très bien passée », dans un climat « courtois ». « Il n’y a pas eu de questions agressives ou embarrassantes et, de notre côté, nous avions réponse à tout. »

Une source policière a confirmé à Reuters qu’il n’y avait « pas eu de problème ».

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.