La Maîtrise Saint-Charles

0
335

Quand on est collégien, on peut chanter sous la douche, dans la rue avec des écouteurs, à l’école en cours de musique, ou plus dans la chorale de l’établissement. On peut aussi aller plus loin, en faire une option (comme l’option musique, sport…), en intégrant une classe CHAV (classe à Cursus à Horaire Aménagé Voix). C’est le cas de la Maîtrise Saint-Charles, avec des élèves scolarisés au collège Saint-Dominique et pour les pré-Maitrisiens (à partir du CE2) à l’école de la Colombière.

Ces élèves de St Do ont 4 heures de répétition (1 fois 2h et 2 fois 1h), des cours de technique vocale (1/2h par groupe de 3), de formation musicale (1h). Les élèves qui font la totalité du cursus, du CE2 à la troisième, font donc 7 ans de chant choral. En plus du temps scolaire, il y a bien sûr tout ce qui est extrascolaire, les concerts, les tournées, les animations liturgiques par exemple.

On peut entrer dans la Maîtrise en 6e ou en cours de la scolarité. Pour entrer, les élèves sont auditionnés : un chant et une poésie. Bien sûr l’audition permet d’évaluer la voix, la liaison oreille-voix, la justesse. Mais ce qui compte aussi, c’est comment se comporte l’élève en public, ses compétences scéniques, son comportement, sa stabilité pendant les échanges, son aisance corporelle. Les connaissances musicales ne sont pas obligatoires. Thibaut Casters, directeur artistique et chef de chœur rappelle que c’est un cursus scolaire, que les élèves sont là pour apprendre. Après la 3e, rien n’existe encore au niveau lycée. Les choristes sont orientés, s’ils le souhaitent, vers des ensembles vocaux, des chœurs existant sur Chalon. Pour Thibaut Casters, pour participer à la Maîtrise, il faut beaucoup de curiosité, une envie de découvrir d’autres mondes, de se mettre en spectacle et parfois en danger.
Pour les garçons se pose la mue de la voix. Depuis 2 ans, ils sont intégrés par la création d’un pupitre de ténor, tenu par 7 ou 8 garçons sur la soixantaine de participants de l’ensemble vocal.

Le répertoire est divers pour permettre d’ouvrir le champ musical. Bien sûr du chant sacré, mais aussi de la musique moderne, contemporaine française, italienne, anglaise, des Gospels, mais peu de chansons harmonisées, de variété internationale ou française du quotidien des jeunes choristes. Ces chansons, ces musiques, ils peuvent les entendre à la radio, sur Youtube, Deezer ou autre. Cependant, le dernier programme de la Maîtrise de l’année est du Queen, ce qui offre une composante vocale très intéressante selon Thibaut Casters.

Le but de tout ce travail est bien sûr de découvrir de la vocalité, du répertoire, de se découvrir de l’intérieur, de percevoir comment on ose aller vers l’autre, se mettre à nu, en danger devant un public en chantant (chanter n’est pas aussi naturel que cela), d’apprendre à gérer son stress, de prendre aussi conscience que l’on est une voix parmi un ensemble. L’expérience du concert, qui répond à cette optique, est donc très importante même si cela n’est pas la finalité pédagogique de la maîtrise. Les élèves chantent donc en concert à Chalon (le prochain le 19 juin à St Rémy), en Bourgogne, en France (par exemple, cette fois en concert liturgique, à Lourdes, pour une messe devant 20 000 personnes). Tous les ans, le chœur part en tournée, une année en France, l’autre à l’étranger (Portugal, Italie, New York en 2017).

Cette Maîtrise Saint-Charles, ancienne Maîtrise de la cathédrale de Chalon, existe depuis 1903 avec un arrêt dans les années 70. Elle a été refondée en 2007. Thibaut Casters en a la direction depuis 2011. Une Maîtrise, par exemple celle de Radio France, celle des Opéras, n’est pas obligatoirement liée au sacré, au religieux. Pour lui, la Maîtrise des élèves de St Dominique est un lieu de formation, d’épanouissement. Elle demande un travail soutenu, de longue haleine, cadré, pédagogique.

Arthur participe à la maîtrise depuis 4 ans par amour du chant. Le chant lui apporte de la confiance en lui, lui permet de se dépasser devant le public. L’année prochaine il chantera dans un ensemble vocal, pour continuer l’expérience. Il n’est pas baptisé, pas catholique, la participation à la Maîtrise lui permet d’appréhender la religion, la bible, la messe. Son répertoire préféré reste cependant profane. Sa voix a mué en 5e, ce qui a compliqué un peu sa participation, mais la Maîtrise s’est adaptée pour lui et les autres. Il chante, depuis, en ténor.

Constance a le même parcours, les mêmes remarques comme sur l’autonomie qu’apporte la Maîtrise. Ce qui est important aussi, c’est de chanter ensemble, à régler sa voix, son volume pour l’harmonie du groupe, apprendre à s’écouter, à partager avec les autres. Le répertoire varié proposé lui plaît bien, même, comme YYY, ce n’est pas forcément ce qu’elle écoute chez elle, du classique au pop…

Bientôt, après leur concert du 19 juin, notre reportage vidéo sur la Maîtrise ST Charles

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.