La 4e circonscription à l’Assemblée nationale

0
1187

Ce mardi 2 octobre, une cinquantaine de citoyens de 4e circonscription de Saône-et-Loire, circonscription de la députée socialiste Cécile Untermaier rencontre l’Assemblée Nationale. Cette journée restera dans la mémoire de tous.

Partis en bus à 5h du matin de Louhans, via Chalon, plus de la moitié des 34 membres du Conseil citoyen auxquels se sont ajoutés des membres du Comité républicain Bresse-Val-de-Saône arrivent à Paris vers 10h45. Ils sont accueillis au 33 quai d’Orsay par leur député. Après les contrôles de sécurité, comme à l’aéroport dit l’huissier, commence la visite guidée de l’assemblée : exposition, salles des pas perdus, salle des 4 colonnes, le repaire des journalistes, jardins…

Accueil par la Députée

Le déjeuner se déroule à la questure, en présence de la députée. Puis, tout le monde se dirige vers 14h30, après l’obtention de son badge sésame, dans les gradins du 1er étage, réservé au public, le second étant réservé à la presse. La séance de 15h du mardi est consacrée aux Questions Au Gouvernement (QAG). Une quinzaine de députés pose des questions aux ministres présents. La question ne peut durer plus de deux minutes.

Salle des « Pas perdus ». La garde républicaine attend le Président de séance

Il est beaucoup question de la démission de Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, après son annonce de sa candidature en 2020 aux élections municipales de Lyon. C’est sur cette question que les journalistes, en masse, dans la salle des 4 colonnes interrogent les députés les plus médiatiques. Manuel Valls fait ses adieux à la chambre après sa décision de briguer la mairie de Barcelone. Il rend hommage à la cette République, qui a permis à lui, immigré catalan, nationalisé français à 20 ans, de devenir Premier ministre de la France. L’Assemblée nationale l’acclame, longuement, debout ou pour certains députés Républicains assis. Le nouveau président de l’assemblée, Richard Ferrand, salue son parcours et sa conviction européenne. Les députés RN (Rassemblement National) avec Marine Le Pen restent silencieux. La France Insoumise, emmenée par Jean Luc Mélenchon, montre son insoumission en sortant des pancartes « bon débarras », affiches que les huissiers enlèvent au plus vite. Ce genre de démonstration est interdit par le règlement. Jusqu’où peut aller l’insoumission ? Ce Geste est, certes symbolique, mais est fait surtout pour apparaître notamment à la télé ou dans la presse écrite. Les caméras, les micros, les crayons sont en nombre important à ce moment-là. Opération de communication réussie.

L’hémicycle vers la fin de séance. Il s’est déjà un peu vidé…

Cécile Untermaier pose une question au ministre de l’Intérieur, absent regretté par les députés, sur la numérisation des procédures administrative et de la correction des bugs constatés. L’exemple cité est celui des cartes grises.

Salle des 4 colonnes, la presse attend les députés médiatiques…C’est un peu la bousculade pour avoir la meilleure interview, la meilleure photo, la meilleure vidéo. Résultat des courses : tout a presque le même reportage…

14h15 la fin des QAG est sonnée. Nos citoyens de la 4e se préparent à repartir sur Chalon et Louhans, après un petit passage à la boutique de l’assemblée. Le retour est prévu vers 22h30.

Le groupe des cinquante avec en bas à droite la Députée

Le conseil citoyen est une initiative de la députée. Il permet, lors de conseils trimestriels, à la députée de présenter son travail, les lois en cours et t’entendre les citoyens. Il rétablit un lien de confiance entre les élus et les citoyens. Il facilite le travail dans la proximité et l’impartialité. Il enrichit la démocratie participative de l’expression citoyenne. Il permet de partager la réflexion sur les grandes questions de société et les dossiers locaux.

Ce déplacement a été préparé le 29 septembre, lors de la réunion du Conseil citoyen, à Tournus. L’Assemblée, le travail législatif et la fabrique de la loi, le déroulement de la journée du 2 octobre ont été présentés.

Le président de l’assemblée Richard Ferrand (nouvellement élu) au perchoir

Les participants à cette visite repartent réjouis d’avoir vu leur députée avec qui ils travaillent régulièrement sur son lieu de travail parisien, dans le feu de l’action. Ils ont encore mieux appréhendé la fonction de député. Après avoir assisté aux QAG, beaucoup, dont Anne, trouvent les députés indisciplinés, mal élevés, irrespectueux. « On envie de les claquer ». Ils ne laissent pas leurs collègues parler… Quelle image déplorable donnent ces faiseurs de lois et souvent donneurs de leçon. Heureusement que la jeunesse ne regarde pas ses débats… l’exemple est très déplorable… des enfants dans une cour d’école.

Le bureau et lieu d’hébergement de la Députée, en dehors de l’assemblée mais proche au 101 rue de l’Université

Ghislaine est très contente d’avoir vu les bâtiments de notre République. Elle ne se fait pas beaucoup d’illusion sur ce travail parlementaire et la sincérité des parlementaires, excepté sa députée qui essaie de faire avancer les choses. Delphine se félicite que « Cécile pense à sa base en amenant les membres du Conseil citoyen. »  Le fait d’être membre du conseil lui permet de participer à cet élan de mieux connaître les projets de loi et de donner son avis à une députée qui écoute et le prend en compte. Anne est ravie de partager, de vivre le quotidien de sa députée et de ce moment de partage avec les autres membres du conseil.

Plafond de la salle des Pas perdus

Kevin, 17ans, membre du Conseil, est en terminale vente à Emiland Gauthey, pense que tout le monde devrait faire ce genre de sortie pour voir par eux-mêmes la réalité. Lors ce déplacement, il a mieux connu l’histoire de l’assemblée, vu le cadre de vie et de travail des députés. Sa participation au conseil citoyen lui permet de discuter avec des personnes plus âgées, avec des passionnés de la politique, de discuter avec la députée de l’actualité en toute transparence.

Aurélien, en première Bac Pro mécanique à Camille du Gast, n’est pas membre du conseil, c’est son copain Kevin qui l’a persuadé de venir. Il est ravi de cette décision : « Ce n’est pas comme à la télé où l’on ne voit que l’hémicycle. Là on voit toute la complexité de l’organisation de la chambre des députés. Il trouve le rôle du député pas facile. Il se félicite d’avoir eu cette occasion ».

Malgré le temps gris, ce 2 octobre est un beau moment pour la démocratie et la République…

Pour mieux connaître le travail de la députée…bientôt notre reportage vidéo sur Cécile Untermaier

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.