Histoires d’eau : en vedette la Saône

0
853

L’eau sous toutes ses formes, est un élément indispensable de notre vie et c’est pour honorer cet élément si précieux, que l’Espace Patrimoine a organisé et cela depuis le mois de juin, une exposition temporaire remarquable sur ce sujet. Vous pouvez venir voir «Histoires d’Eau à Chalon-sur-Saône » encore jusqu’au mois de mars 2019. C’est une petite exposition pour tous les âges, instructive et ludique à la fois. Il y a des dessins et maquettes des écoliers chalonnais (photos) et des textes sur les crues de la Saône et l’eau potable.

La Saône, Souconna pour nos ancêtres, prend sa source dans les Vosges au pied des falaises des Monts Faucilles à 405 m d’altitude. Elle devient navigable à partir de Corre (Vosges) et au bout de 338 km elle traverse notre ville pour ensuite faire encore 142 km pour se mélanger à Lyon (Confluence) aux eaux du Rhône à une altitude qui n’est plus que de 163m.Elle a un débit fluctuant saisonnier variant de 100 m3/s à 4000 m3/s et un débit moyen autour de 410 m3/s.

La relation qu’entretient une population avec son fleuve au fil des siècles est aussi changeante que le niveau de l’eau qu’il transporte selon la saison. En été, son niveau et son débit sont bas. L’Eau apporte alors de la fraîcheur et ses bords sont fréquentés par les pique-niqueurs et promeneurs et des animations des diverses natures sont organisées. Dans l’eau on trouve des rameurs, péniches, bateaux et parfois même des nageurs qui ne se soucient guère de la pollution qui affecte la Saône. Pendant les autres saisons, un fleuve est moins fréquenté et sert surtout de coulisse pour nos promenades ou à la pêche ou à la croisière.

En cas de crue hivernale ou printanière, on fuit ce même fleuve pour s’arbitrer en hauteur ou à une respectable distance des quais. L’Eau qu’apporte un fleuve comme la Saône est donc à la fois source de plaisir et de vives inquiétudes. Il devient sujet numéro 1 de tous les Chalonnais en période des crues comme en janvier 1955 (6,84 m au Port Villiers) ou en mai 1983 (6,91 m au Port Villiers). Depuis que le mur anti-cru existe, la population est moins exposée au risque d’une inondation importante, du coup la vie est devenue moins agitée et plus prévisible dans notre ville, même si les zones inondables couvrent toujours une bonne partie du centre-ville, particulièrement touchées sont la rue Carnot (2 photos) et la Place de Gaulle.

Certains hivers plus rudes, la Saône commence à geler. Il faut 5° en dessous de zéro pendant plusieurs jours pour que la Saône gèle. Les promeneurs et patineurs peuvent alors directement faire leur promenade en surface du fleuve gelé, ce qui est devenu un spectacle très rare de nos jours.

L’eau sous toutes ses formes, est un élément indispensable de notre vie et c’est pour honorer cet élément si précieux, que l’Espace Patrimoine a organisé et cela depuis le mois de juin, une exposition temporaire remarquable sur ce sujet. « Histoires d’Eau à Chalon-sur-Saône » est son titre et vous pouvez venir la voir encore jusqu’au mois de mars 2019. C’est une petite exposition pour tous les âges, instructive et ludique a la fois. Il y a des dessins et maquettes des écoliers chalonnais (photos) et des textes sur les crues de la Saône et l’eau potable.

 

 

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.