Cohabiter avec les animaux

0
1186

Vendredi 12 octobre, Europe Écologie les verts organise au Bar le Dôme de Chalon un café-débat sur une thématique qui prend de plus en plus d’ampleur « Quelles relations entre les humains et non humain ? Quel est notre rapport au vivant ? »

Devant une bonne vingtaine de personnes, Damien Deville, Co-Président de l’association AYYA, géographe et anthropologue de la Nature, présente son propos pendant plus de 1h30. Celui-ci est suivi de nombreuses questions pendant une heure. Pour Damien Deville, le message qu’il a envie de porter est « d’offrir des outils qui puissent être appropriables de manière différente par les habitants en fonction des enjeux du territoire. Car s’il y a bien une certitude, c’est que l’action est dans les territoires. J’ai la conviction aujourd’hui que la voix de l’universalité doit être la suivante : devenir tous et toutes des acteurs du local et des philosophes du global. »

« Les crises environnementales et sociales qui marquent le monde contemporain invitent aujourd’hui à porter le regard sur les causes de cette précarité. Une hypothèse forte : la dualité entre l’humain et le milieu telle qu’elle est présente en Occident, ainsi que les structures capitalistes qui gouvernent les relations sociales, sont des causes majeures des crises que nous connaissons aujourd’hui. Car cette dualité donne au progrès une vision uniforme : il se déploie aujourd’hui autour d’une seule trajectoire, autour d’une seule vitesse. Tous les individus et les sociétés qui ne peuvent ou ne veulent suivre cette vitesse, sont condamnées à être projetés dans des agencements de survie ou à perdre le lien avec leur milieu et leur héritage. Ce faisant l’humanité voit disparaître le seul principe normatif qui devrait, pourtant, tous nous unir : celui de la diversité. Il convient donc d’inventer de nouvelles trajectoires. Dans ce cadre, l’association Ayya, forge le concept d’écologie relationnelle : ce dernier invite à penser les relations qui peuvent unir les individus entre eux (humains comme non humains) dans des trajectoires émancipatrices communes. L’écologie relationnelle offre donc un nouveau cadre de pensée : celui de faire une analyse critique de la modernité tout apportant un regard nouveau sur des sociétés qui ont su construire des relations stables et relativement pacifiés avec leurs milieux. Elle offre enfin une nouvelle politique : celle de mettre au cœur de l’action « les droits à l’habité », le « droit au lien », le droit de l’émancipation », en quelques mots une nouvelle gouvernance qui s’invente par le bien vivre, par l’action locale, et une nouvelle pensée universelle du progrès. En donnant par exemple des droits à des écosystèmes où en mettant au cœur des projets de développement la diversité territoriale (qu’elle soit culturelle ou naturelle), s’offre à nous enfin la possibilité de construire enfin un monde qui serait en mesure d’abriter plusieurs mondes ». (Texte pour ChalonTV de Damien Deville)

Claire Mallard, co-secrétaire régionale d’Europe Ecologie les Verts a lancé le café-débat

Damien Deville

Géographe et Anthropologue de la nature – Doctorant – enseignant à l’Université Paul Valéry de Montpellier.

 » Un passé d’engagements, un futur en cours d’apprentissage
Quelque part entre théories et pratiques…

Passionné d’environnement depuis très jeune et fortement engagé en société, je suis diplômé en sciences politiques, en agroécologie et en anthropologie de la nature. Aujourd’hui, mes activités professionnelles tournent autour de trois axes : la recherche scientifique sur les liens entre nature et culture chez des populations en difficultés en France et dans des sociétés traditionnelles en Afrique, de l’enseignement en université et des conférences auprès du grand public, et enfin un engagement social et politique auprès de différentes instances en France comme à l’étranger. « (Site D. Deville)

La suite sur son site : http://www.damiendeville.eu/

Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l’agriculture (Tribune Libération du 30 mai 2018), Damien Deville, membre de EE-LV et cofondateur de l’association Ayya, rappelle que l’écologie est une lutte contre la vulnérabilité, un art de vivre et une émancipation.

Association AYYA

http://www.ayyamouvement.org/

Créée en Janvier 2018, AYYA est une association loi 1901 qui œuvre pour l’émergence de coexistences harmonieuses entre nature et culture. En se concentrant sur les relations entre les êtres, humains comme non humains, AYYA s’est donnée pour mission d’enrichir la culture de l’écologie, de faire émerger de nouvelles modalités de pensée et d’action à des fins de durabilité, et de fédérer sur l’importance de liens étroits entre la culture et la nature.

NOS MISSIONS

Dépasser l’anthropocentrisme dans les processus de développement par une véritable métamorphose des sociétés. Pour cela, AYYA propose de renouveler les façons de penser et d’agir, afin de favoriser des coexistences harmonieuses entre nature et culture et de créer des solidarités par delà les frontières de l’humain. Pour cela, notre association déploie des activités autour de trois grands axes:

  • Un espace « rêver » qui a pour objectif, à travers de la création artistique de sensibiliser un large public aux relations qui unissent les humains et les non humains de par le monde.
  • Un espace « apprendre » qui ambitionne de diffuser des concepts nouveaux propre aux interfaces entre nature et culture par de la médiation et de la vulgarisation scientifique.
  • Un espace « partager » qui forme et accompagne différents acteurs de la société dans des démarches inclusifs des humains et des non humains.

Afin de porter ses actions, l’association AYYA s’appuie de manière transversale sur l’information scientifique (notamment les sciences humaines et sociales et les sciences écologiques) mais également sur les savoirs et les croyances de toutes sociétés. Nous avons la conviction que les croyances à travers le monde sont tout aussi légitimes, en enseignements écologiques, que les mécanismes de la science moderne. Pour mieux comprendre la diversité et la multitude des formes d’action possibles, l’association AYYA s’engage, par ses actions, à faire dialoguer en permanence les mondes, les sociétés et les cultures.

(Texte issu du site AYYA – Photos Page d’accueil de AYYA)

 

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.