Angioplastie : conférence débat le 31 janvier

0
367
Dr Dellinger, Président de CME

Le Professeur Emmanuel Vigneron*, qui tiendra une conférence débat le mercredi 31 janvier à 19h à la Salle Sembat, qualifie dans le rapport qu’il vient de rendre, l’installation de l’angioplastie à Chalon, comme un « besoin indéniable« . Quant à l’ARS, on tourne toujours en rond…

Communiqué de presse du 18 janvier 2018
La Commission Médicale d’Etablissement communique :

Le Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier William Morey s’est réuni le 17 janvier 2018 de façon exceptionnelle. En réponse à une lettre de l’Agence Régionale de Santé (ARS) demandant avant le 26 janvier 2018 une lettre d’intention de participation à un groupement de coopération sanitaire (GCS) de cardiologie, le conseil a rappelé que l’établissement a toujours montré sa volonté et sa capacité à collaborer, y compris en cardiologie dans le cadre d’un partenariat équilibré entre Dijon, Chalon et Macon. Par contre, en l’absence de convention constitutive du GCS, il a rejeté à l’unanimité
le principe d’une lettre d’intention favorable à celui-ci, attendant un projet précis et l’avis de Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé.

Le même jour, le Professeur Emmanuel Vigneron* a rendu son rapport sur l’ouverture du centre d’angioplastie de Chalon pour le nord de la Saône-et-Loire. Il qualifie le besoin d’ « indéniable » et détaille quatre raisons : des études d’épidémiologie géographique, un constat d’une carence d’offre, la présence d’une unité de soins intensifs (USIC) et des simulations d’accessibilité dans les délais prescrits. Il reprend ensuite l’historique du dossier depuis 2009 jusqu’au revirement de mai 2017. Il analyse les « causes extraordinaires d’un blocage extraordinaire » en remarquant « une vive et surprenante opposition des acteurs en place, les effets pervers de la concurrence créée par la tarification à l’activité (T2A) et le pointillisme administratif excessif et fâcheux ». Il envisage ensuite l’effet de la pensée économique dominante manifestée par les excès de la T2A sur la concurrence exacerbée entre établissements publics au risque de se laisser dévorer par le secteur privé lucratif. Il
rappelle enfin que la décision d’ouvrir ou non un centre d’angioplastie n’est pas une décision d’un groupement de coopération sanitaire mais celle d’une ARS dans le cadre d’un Plan Régional de Santé.
Il propose l’affirmation d’un centre d’angioplastie coronaire à Chalon. La mise sur un pied d’égalité à ce sujet des trois établissements par l’autorisation à Chalon est la condition d’une coopération qui ne soit pas un marché de dupes.
Une conférence-débat animée par le Professeur Vigneron est organisée le mercredi 31 janvier 2018 à 19h à la salle Marcel Sembat à Chalon-sur-Saône par les cardiologues du centre hospitalier. Elle sera également l’occasion d’une manifestation de soutien à cet enjeu capital pour des soins cardiologiques adaptés aux besoins du territoire.

Le + Chalon TV

*Emmanuel Vigneron est agrégé de géographie, docteur en histoire (EHESS), docteur en géographie, habilité à diriger des recherches en géographie et en aménagement. Il est aussi directeur scientifique du groupe de prospective « Santé et territoires » et membre du conseil de prospective et de dynamique des territoires de la Datar depuis 2000, expert auprès des agences régionales de l’hospitalisation du Languedoc-Roussillon, d’Auvergne, de Franche-Comté, des Pays de la Loire, de Bourgogne, des unions régionales des caisses d’assurance maladie et autres organismes, des caisses régionales d’assurance maladie, membre du comité de pilotage du schéma régional d’organisation des soins, membre de la commission régionale des experts de santé du Languedoc-Roussillon. Il est co-fondateur, avec Alain Corvez, médecin-conseil national de la Mutualité sociale agricole, du club Hermes (Hôpital : études, recherches, modélisation et expérimentation scientifiques) qui rassemble depuis 1997 une cinquantaine d’universitaires, de représentants de la CNAM, des URCAM, des ARH, du Ministère de la santé, de l’Inserm et du Credes. Il dirige aux Presses universitaires de France la collection « Territoires et économies de la santé ». Enfin, il est secrétaire national de l’Association des anciens auditeurs de l’Ihedat (Aidat).

source IHEDAT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.